Chroniques·Non classé

Quand le vent caresse mes cheveux

Auteure : Sophie Auger

Editions : Déliées

 

Résumé :

Charlie a tout pour être heureuse : un appartement en plein coeur des beaux quartiers de Paris, un job bien payé, des copains avec qui faire la fête… Pour rien au monde, elle ne voudrait changer de vie. Mais quand elle reçoit la lettre d’un notaire, tout bascule : elle est la seule héritière de la propriété de sa tante. Alors que Charlie pensait avoir tiré un trait sur son passé, elle est contrainte de retourner sur les lieux de son enfance. Bouleversée par des souvenirs qu’elle avait soigneusement enfouis, la jeune femme ne compte pas rester longtemps. Et pourtant… Le calme et la beauté de l’endroit, l’amitié des gens du coin, la main tendue d’une petite fille au cœur solitaire et le regard intense de celui qu’elle n’attendait pas vont changer sa vie à tout jamais… Et si Charlie avait enfin compris le sens du mot bonheur ?

Service presse

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur la parution du mois des éditions déliées. J’ai déjà pu lire plusieurs livres de cette auteure que j’avais adoré. J’avais vraiment hâte de la découvrir dans ce nouveau genre. Je remercie Carole des éditions déliées pour l’envoie de ce roman.

Charlie a 26 ans et vit à Paris avec son chat dans un des quartiers les plus prisés de la capitale. Elle est agent immobilier. Elle vend des lofts de luxe. C’est la meilleure dans ce domaine. Mais sa vie n’a pas été simple. Elle s’est battue pour en arriver là où elle est aujourd’hui. C’est une citadine. Elle est toujours impeccablement maquillée et coiffée. Elle fréquente des clubs très chics. Et elle consacre sa vie à son travail. Elle fait tout pour fuir sa solitude. C’est une femme libre. Elle n’a jamais donné sa confiance à quelqu’un jusqu’à maintenant par peur de souffrir encore. Elle fuit tout ce qui s’apparente à des sentiments. Elle refuse de montrer la moindre faiblesse.

« Mais personne ne peut rien. Personne ne sait. Tout ce que je cache. Tout ce que je retiens. Tout ce que j’essaie d’oublier. Toute cette colère. Et ce vide. Ce vide sidéral. Ce fossé en plein centre de mon cœur, qui s’est soudainement ouvert il y a vingt ans de ça pour ne plus jamais se refermer. Je crois que je n’ai plus la force. Je crois que je n’en peux plus d’attendre ce miracle qui fermera mes plaies. Il n’existe pas. Il n’existe pas… »

Alexandre a la trentaine et vit au Clos des Saules Pleureurs avec sa fille de 6 ans dans l’ancienne grange qui a été réaménagée en appartement. C’est le vétérinaire agricole du secteur. C’est un homme accueillant, un gentleman et un père génial. Il a un passé compliqué. Il a traversé le pire mais il a toujours foi en la vie.

« En même temps, doit-on forcément relativiser ses souffrances parce que d’autres sont pires ? Je ne crois pas. Nous portons tous notre croix. Nous avons tous nos raisons d’être triste, d’être, d’être en colère, d’être perdu. Ce qu’il faut, c’est comprendre. Comprendre puis pardonner pour se libérer. En ce qui me concerne, je n’ai toujours pas compris. Je n’ai toujours pas pardonné. Je suis donc prisonnière de mon passé et de mes questions. »

Charlie n’imaginait pas qu’une simple lettre allait faire prendre à sa vie un virage à 360 degrés. Sa grande tante est décédée et lui lègue tous ses biens dont Le Clos des Saules Pleureurs situé au fin fond de nulle part à Bourg en Bresse. Pour Charlie, c’est un choc. Elle n’a eu aucun contact avec sa grande tante depuis plus de 20 ans. Charlie a vécu les six premières années de sa vie au Clos. Elle y a de bons comme de très mauvais souvenirs, notamment lorsqu’elle a dû quitter cet endroit qu’elle aimait tant. Pour elle, cette époque est révolue. Il est hors de question qu’elle garde ce Clos. La petite fille de 6 ans et la femme qu’elle est devenue ne sont plus du tous les mêmes personnes. Charlie a refait sa vie. Mais elle va être obligée de vivre quelques temps au Clos pour trouver un acheteur.

« Le bonheur m’a toujours effrayée. Je n’arrive pas à accepter que les choses puissent être simples. Je n’arrive pas à comprendre qu’il suffit de peu, que le plus beau est souvent sous mes yeux. Ici, tout me parait trop beau, trop parfait, trop irréel. J’ai l’horrible sentiment que c’est tellement parfait que ça ne pourra que finir par s’écrouler. »

Revenir au Clos va faire remonter tous ses souvenirs à la surface. Le charme du Clos et l’accueil chaleureux des gens pourraient bien la faire changer d’avis. Au clos, tout est calme et pur. Rien n’a changé. Charlie y retrouve tout ce qu’elle aimait quand elle était petite fille. Il y a même encore plus d’animaux qu’avant. Son retour ici la bouleverse malgré elle. Ses rêves de petite fille se réveillent grâce à Rose, la fille d’Alexandre. Charlie se reconnait en elle. Et contre toute attente, Alexandre ne la laisse pas indifférente. Mais Charlie ne compte pas perdre le contrôle. Elle se protège tellement qu’elle est plutôt cruelle avec ceux qui l’approchent d’un peu trop près. Mais les découvertes qu’elle va faire pourrait tout changer. Charlie finira-t-elle par déposer les armes ?

« Ça ne sert à rien d’avoir peur. Ce qui doit arriver, arrivera. Chaque décision que tu prends a une issue. Tu ne peux rien faire pour la changer. Ce sont des épreuves, qui te forment, qui te touchent, qui t’offrent des leçons, des moments de joie intense ou des moments moins faciles. Garde ton énergie pour les jolies choses. Souffle un coup. C’est encore et toujours du lâcher-prise. »

Cette histoire est merveilleuse et émouvante. J’ai été charmée par ce Clos en pleine nature. J’ai eu l’impression d’y être et je n’y serais bien restée encore et encore. C’est un vrai petit coin de paradis. Les gens y sont si accueillants et serviables. Ce roman ressemble tellement à l’auteure. L’histoire de Charlie m’a mise les larmes aux yeux. Je me suis vraiment beaucoup attachée à cette femme. C’est un magnifique roman rempli d’émotions et surtout d’espoir. Et un roman très enrichissant sur certains sujets.

« Et lorsque ses lèvres se posent sur ma peau… Que sa bouche caresse la mienne… Que son corps se plaque contre moi… Il n’y a plus de questions. Il y a toutes les réponses. Dans un simple baiser, Alexandre vient combler tous les vides de mon cœur. Tous les vides mon âme. Tous les vides de ma vie. »

Charlie a du caractère et un orgueil démesuré qui la rend parfois blessante. C’est une femme renfermée. Personne ne la connait vraiment. Au départ, elle nous parait très superficielle. Mais grâce au Clos, Charlie redevient elle-même. Charlie a beaucoup de colère en elle. Elle est prisonnière de son passé. C’est une femme surprenante et touchante. Elle a vécu des choses très dures. Alexandre est un homme attentionné, plein d’humour et honnête. Et Rose est tellement adorable. Son innocence m’a fait fondre. J’ai adoré sa relation avec Charlie. Elle est pleine de bons conseils et a bien conscience du monde du haut de ses seulement 6 ans. Elle m’a fait beaucoup rire avec sa franchise sans limite. Je veux une fille comme ça haha.

« Accepte. Accepte ce que la vie te donne. Accepte le changement. Accepte le bonheur. Accepte de ne pas pouvoir tout contrôler. Accepte l’amour. Le mien, celui de tes amis, celui de ma fille, celui de cet endroit. Accepte d’y croire. Les seules barrières qui existent sont celles de ton esprit. Libère toi de ça. Je suis là. Je serai toujours là. Tu n’es pas un moyen d’oublier, Charlie. Tu es une autre histoire, une autre vie, de nouveaux souvenirs, de nouveaux projets. Tu es ma suite, notre début. »

Entre Charlie et Alexandre, les débuts sont compliqués. Ils n’ont en apparence rien en commun. Mais au fil des jours, ils vont bouleverser les habitudes et les convictions de l’autre. Avec autant de force que de douceur, Alex va fendre l’armure de Charlie. Il va l’aider à pardonner, à se libérer de son passé qui la ronge et à se reconstruire. J’ai aussi beaucoup aimé le personnage d’Olga, la meilleure amie de Charlie. Derrière son exubérance et son côté optimiste, on découvre une femme qui a elle aussi été marquée par la vie. Et Louis, ce campagnard solitaire, m’a brisé le cœur.

« Ils sont un peu comme moi. Ils se protègent. Ils ont peur de montrer leurs failles. En fin de compte quand j’y pense, beaucoup de personnes sont ainsi. Le monde d’aujourd’hui ne laisse pas beaucoup de place à la sensibilité. Il faut être dur, il faut être fort, indépendant et émancipé. C’est dommage. Bien dommage. La vraie force ne réside-t-elle pas dans le cœur ? »

Je vous recommande grandement ce livre personnel et sans artifice qui vous fera ressentir mille et une émotions et qui vous permettra surtout de vous évader pendant quelques heures au cœur de la nature. Une vraie ode à la vie et au bonheur. Je suis ressortie de cette lecture apaisée avec un pincement au cœur à l’idée de quitter ces personnages et ce magnifique Clos. J’ai déjà hâte de lire le prochain roman de l’auteure. Ce genre lui va à merveille. Et sa plume est toujours aussi captivante.

Note : 5/5

 

Elsa

3 commentaires sur “Quand le vent caresse mes cheveux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s