Chroniques·Non classé

Arrogant Highlander

Auteure : Mina Zadig

Editions : Addictives

Sortie : 05/03/2021

 

Résumé :

Adèle a toujours rêvé de visiter l’Écosse, mais pas dans ces conditions ! Elle est convoquée par un notaire pour l’héritage d’un grand-père qu’elle n’a jamais connu, sa voiture la lâche sous la pluie, et c’est trempée qu’elle se vautre en plein milieu d’un pub devant une dizaine de Highlanders hilares… Le pire dans tout ça ? L’un d’eux, Fyfe, aussi sexy qu’arrogant, lui offre un baiser brûlant et passionné en pleine nuit, au détour d’un couloir. Il réveille en elle un désir aussi puissant que nouveau, et la jeune femme doit lutter pour ne pas y céder. Le lendemain, Adèle reçoit en héritage le domaine de son grand-père, où vivent Fyfe et ses amis. Si elle vend, ils perdent tout. Si elle le garde, elle doit changer de vie ! Le choix demande réflexion, mais impossible de se concentrer quand Fyfe la trouble, la taquine, l’exaspère, lui donne envie de plus, toujours plus… Est-elle prête à succomber au charme du Highlander ?

Service presse

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur la première sortie numérique du mois chez Addictives. Le résumé m’a toute suite tenté. Je remercie Carole des éditions addictives pour l’envoi de ce roman.

« Là où aucune fille n’a jamais réussi à s’imposer, elle y est arrivée sans rien faire de particulier. Seulement en étant elle, avec ses faiblesses, ses certitudes, sa beauté, sa naïveté, sa gentillesse… »

Adèle a 25 ans et vit en France, dans le Périgord, là où elle a grandi et compte faire sa vie. Sa vie n’a jamais été facile. Elle n’a pas vraiment connu ses parents puisqu’ils sont morts dans un accident de voiture alors qu’elle était encore bébé. C’est sa grand-mère maternelle qui l’a élevée puis la sœur de son père, qui est désormais la seule famille qu’il lui reste. Dernièrement, Adèle a également vécu une autre épreuve qui lui a fait perdre toute confiance en elle. Adèle est barbier et adore son métier.

« Cette meuf est un volcan, un brasier qui se rallume au moindre souffle de vent. »

Fyfe vit sur l’île de Skye, en Écosse. Contrairement à beaucoup de ses amis, il n’a pas souhaité quitté l’endroit où il a grandi. Depuis dix ans, Fyfe réside dans le manoir du domaine de Kenneth, avec ses amis Fark, Hamish et Luna. Ensemble, ils ont aidé Kenneth à retaper le manoir et à en faire plusieurs appartements, mais également des locaux de travail pour certains. Fyfe a notamment son cabinet d’architecte situé dans le manoir, et est aussi illustrateur. Il adore la vie qu’il mène dans cet endroit magnifique. Kenneth qui était au départ un inconnu, est devenu leur mentor et un des piliers de leur vie. Cet homme a su leur tendre la main et croire en eux. Fyfe est un coureur. Il n’est pas du genre à s’engager.

« J’aime tout de cette fille, son souffle léger, sa respiration difficile parce qu’elle est excitée. Ma langue qui danse avec la sienne. Ces prémices qui annoncent que tout ne fait que commencer, et enfin mes mains qui la caressent et s’immiscent sous son haut pour toucher sa peau douce et soyeuse. »

Adèle a toujours rêvé de visiter l’Écosse, mais certainement pas dans ces conditions. Elle a été convoquée par un notaire pour hériter de son grand-père maternel, dont elle ne sait rien. Adèle espère que cet héritage pourra lui en apprendre plus sur sa famille maternelle et sur sa mère notamment. Son épisode écossais ne va pas commencer sous les meilleurs auspices puisqu’Adèle va tomber en panne, sous une pluie battante, avant d’atteindre son hôtel. C’est en piteux état qu’elle va finir par y arriver. Et pour clore le tout, Adèle va louper une marche et s’étaler dans le pub rattaché à son hôtel, devant Fyfe et ses amis. Plus tard, dans la nuit, elle va croiser Fyfe bourré dans le couloir de l’hôtel. Celui-ci va lui donner le meilleur baiser de sa vie. Mais il est hors de question qu’Adèle le reconnaisse. Au contraire, elle va le gifler et même l’insulter.

« Est-ce qu’Adèle est réellement un virus qui m’a contaminé ? Oui, et je vais avoir du mal à m’en débarrasser. »

« Fyfe est entré dans ma vie comme on défonce une porte. Il a bouleversé toutes mes certitudes, et surtout, il m’a montré que je pouvais être celle que j’ai toujours voulu être. »

Le lendemain, qu’elle n’est pas leur surprise quand Fyfe et Adèle se retrouvent chez le notaire accompagnés de Fark et Hamish. Aucun d’eux ne savait que Kenneth avait une petite fille puisque lui-même venait juste d’apprendre son existence avant de mourir. Celui-ci va léguer son domaine à Adèle. Elle a le choix : le garder ou le vendre. Fyfe et ses amis vont toute suite avoir peur de tout perdre. Ils vont attaquer Adèle alors que celle-ci est bouleversée par tout ce qu’elle vient d’apprendre. Et elle n’est pas au bout de ses surprises puisque celle-ci va aller de découvertes en découvertes. Beaucoup de choses vont lui tomber dessus en même temps.

« J’ai trop longtemps tergiversé. Il se passe quelque chose avec Adèle depuis que je l’ai aperçue chez Angus, et depuis, chaque rencontre, chacun de nos tête-à-tête n’ont fait que renforcer ce qu’il y a entre nous. »

Adèle comptait régler la succession et rentrer en France le plus vite possible pour reprendre le cours de sa vie. Seulement rien ne va se passer comme elle l’avait prévu. Vendre le domaine est la solution la plus sensée puisqu’Adèle n’a pas du tout les moyens de l’entretenir. Elle pourrait réaliser ses rêves avec cet argent. Mais cela veut dire sacrifier le refuge des petits protégés de son grand-père. Adèle se sent écrasée par le poids de ses responsabilités et toutes les tâches qu’elle a à accomplir. Ses options se réduisent de plus en plus chaque jour. Voir Adèle si perdue touche Fyfe. Cette femme a toute suite éveillé sa curiosité. Elle n’a rien à voir avec les filles qu’il côtoie habituellement.

« Merde, pourquoi elle est là, dans ma tête à chaque seconde, chaque minute. Son joli visage, ses lèvres que je connais et qui me manquent, son corps que j’ai découvert et que je ne peux pas oublier. »

« Fyfe fond sur moi et je m’accroche à lui. Nos bouches affamées se retrouvent après avoir été séparées trop longtemps. C’est comme si je retrouvais quelque chose de vital, un élément essentiel dont je m’abreuve, dont je profite sans restriction. »

Mais en même temps, il sent qu’Adèle femme est bien plus que ce qu’elle laisse paraitre. Ce qu’elle provoque en lui le fait flipper. Elle ne cesse de hanter ses pensées. De son côté, Fyfe agace autant qu’il attire Adèle. S’il fait preuve de sollicitude envers elle, il prend surtout un malin plaisir à la titiller, à la pousser dans ses retranchements et à s’immiscer dans sa vie privée. Fyfe joue à un jeu dangereux en défiant celle qui tient son avenir entre ses mains. Adèle a peur de souffrir encore en ouvrant de nouveau son cœur. D’autant que sa vie n’est pas ici. Alors réussira-t-elle à accorder sa confiance à Fyfe ? Trouvera-t-elle une solution pour se sortir de cette situation difficile ? Aura-t-elle le courage de se battre ou choisira-t-elle la facilité ? Et Fyfe trouvera-t-il le juste milieu entre Adèle et ses amis ?

« J’aime ce mec. J’aime son côté viril, sa douceur, sa force. J’aime nos joutes verbales quand il s’agit du domaine, j’aime les heures que nous passons à faire l’amour. »

« Adèle est réellement un phénix. Elle est flamboyante, et son regard sur moi est si chargé d’amour, d’admiration, de tendresse que je fonds et me redresse pour la prendre dans mes bras et l’embrasser. »

J’ai passé un bon moment de lecture avec cette romance émouvante, dépaysante et pleine d’humour. J’ai aimé l’intrigue, le cadre de l’histoire et l’ambiance de ce manoir où tout le monde circule les uns chez les autres comme dans un moulin. Des sujets forts sont évoqués, notamment celui des relations toxiques. J’ai malgré tout trouvé que l’histoire manquait un peu de rebondissement et qu’il y avait certaines zones d’ombre, notamment concernant le personne masculin. Mais c’est le roman idéal pour passer un bon moment de détente sans trop de prise de tête. Les chapitres sont vraiment courts et rendent l’histoire addictive. J’ai eu du mal à lâcher cette romance.

« Après tout, aimer, c’est ça, non ? C’est laisser l’autre faire ses expériences, c’est le laisser se casser la gueule, l’aider à se relever et à remonter la pente, discuter, écouter, comprendre. C’est aussi faire des concessions, accorder de l’espace et des libertés. Mais surtout, aimer, c’est faire confiance et croire en l’autre. Alors voilà, je lui accorde tout ça. »

Les personnages sont attachants. Adèle est une femme entière, courageuse mais aussi fragile. Elle a du répondant malgré son manque de confiance en elle. Son personnage m’a vraiment touché. Pour moi, c’est vraiment le point fort de cette histoire. Adèle n’a pas une bonne image d’elle-même et a toujours manqué d’amour. Au fil des pages, elle va s’affirmer, apprendre à penser à elle avant de penser aux autres et prendre enfin ses propres décisions sans être influencée. Fyfe va la faire sortir de sa zone de confort, l’aider à lâcher prise et lui redonner confiance en elle. Fyfe est un homme sûr de lui, franc, protecteur, respectueux et attentionné. Il sera d’un grand soutien pour Adèle. J’avoue que j’aurais aimé en savoir plus sur lui, notamment par rapport à sa famille. Entre Adèle et Fyfe, c’est aussi intense que tendre.

« Avec Adèle, toutes mes certitudes volent en éclats. Je savais que notre existence pouvait changer en quelques secondes. Je l’ai appris très tôt, et pas de la meilleure des manières, mais là, c’est différent. Il a suffi qu’une petite Française toute mouillée se vautre sans le pub d’Angus, un soir, et mon existence a pris un nouveau tournant. »

« Mon âme sœur, mon amie, mon amante, mon barbier sexy… Ma femme un jour, la mère de mes enfants sûrement, et la dernière de toutes, sans aucune hésitation. »

J’ai aussi beaucoup aimé les personnages secondaires qui ont une vraie importance dans l’histoire. Hamish est un homme posé, serviable et adorable. Il sera toujours là pour rétablir le calme au manoir. Fark m’a bien fait rire. J’ai adoré le voir faire enrager Fyfe. C’est un homme protecteur qui se mêle un peu trop de ce qui ne le regarde pas parfois. D’ailleurs je ne serai pas contre un spin-off sur lui. J’ai même une petite idée pour le personnage féminin. Et je ne pouvais pas terminer cette chronique sans parler de l’homme généreux qu’est Seamus malgré son sale caractère. Entre malentendus, provocations, amertume, doutes et passion, cette romance ne manque pas d’émotions et de tensions. N’hésitez pas à découvrir cette belle histoire d’amour mais aussi d’amitié.

« J’aime Adèle, mon phénix, mon petit iris, moi, le chardon un peu rude et bourru. Celui qui ne croyait plus en rien et qui a été anéanti par une petite fleur délicate beaucoup plus forte que prévu. »

« C’est ça le bonheur. C’est simple et compliqué à la fois. C’est un ensemble de petites choses qui n’ont l’air de rien, et qui pourtant, sont d’une importance capitale. Je ne regrette rien. »

Note : 4/5


Elsa

5 commentaires sur “Arrogant Highlander

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s