Chroniques·Non classé

Tu es mon obscurité

Auteure : Mady Flynn

Editions : HQN

 

Résumé :

Plonger dans les esprits les plus sombres et les plus torturés, voilà le quotidien de Hazel. Criminologue passionnée, elle maîtrise parfaitement les risques de son métier et les règles à toujours respecter  : étudier, chercher, expliquer, mais, surtout, éviter toute implication émotionnelle. Pourtant, quand elle se retrouve face à Chris, le criminel auquel elle a consacré ces trois dernières années, rien ne se passe comme prévu. Hazel a beau s’efforcer de rester distante et professionnelle, elle est troublée par le regard perçant de cet homme dont elle est censée connaître les moindres secrets et qui demeure toutefois insaisissable. Car Chris n’a rien des hommes qu’elle a l’habitude de traquer  ; intelligent, il déjoue toutes ses tentatives d’interrogatoire. Et, quand il l’entraîne dans un terrible jeu de séduction, Hazel ne sait pas si elle parviendra à lui résister, ni même si elle en a envie…

 

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur cette dark romance dont le résumé m’avait direct tentée. J’aime bien lire des dark romance de temps en temps en plus. Et ça faisait un moment que je n’en avais pas lu alors c’était l’occasion.

Hazel a 27 ans et est criminologue. Ce métier est toute sa vie. Elle travaille souvent avec le FBI. Elle a grandi avec des livres sur les serial killers et interroge depuis 6 ans les pires criminuels du pays. Elle n’a aucune vie sociale. Les personnes avec qui elle passe la plupart de son temps sont des tueurs en série. Côté coeur, Hazel fuit tout engagement et se contente des relations sans lendemain. C’est une nymphomane. Elle ne peut pas se contenter que d’un seul homme. La vie de couple bien rangée, ce n’est pas son truc. Ce serait bien trop normal et ennuyeux pour elle. Hazel aime vivre dangereusement.

Pourtant, Matt, un profiler du FBI de Quantico ne cesse de lui faire la cour. Matt est l’homme parfait. Il est doux, gentil, respectueux, brillant et fou d’elle. Il fait tout pour lui plaire. Et même-si Hazel n’est pas prête à s’engager, il la rassure et l’attire. Il lui permet de garder un pied dans la normalité et de ne pas trop se perdre en chemin.

Malgré l’horreur des crimes que peuvent commettre les criminels que côtoient Hazel chaque jour, elle n’oublie pas qu’ils sont humains et fait tout pour comprendre ce qui les as poussés à commettre le pire. Elle vient rendre visite à certains chaque mois depuis plusieurs années. C’est souvent leur seul lien social. Elle aime avoir ce lien avec les personnes qu’elle a privé de liberté. Avec eux, elle se sent à sa place. L’esprit humain la fascine. Chez elle, elle garde une boîte de souvenirs sur chacun des criminels qu’elle a côtoyée.

Lorsque Hazel se rend sur des scènes de crime, elle s’imprègne complètement des lieux et arrive à reconstituer ce qu’il a pu se passer. Elle a un véritable don. C’est assez troublant. Et pour les arrêter, elle n’hésite pas à prendre tous les risques, même à jouer les appâts. En fait, dans ce livre, on suit surtout la vie d’Hazel et tout ce que son travail l’amène à faire.

Après 3 ans d’enquête, l’homme auquel Hazel consacrait sa vie vient enfin d’être arrêté. Cet homme est surnommé l’Etrangleur et depuis le début de ses crimes, il obsède Hazel. Elle pense à lui chaque jour. Elle connait l’affaire par coeur. Il a tué dix-sept femmes. Lorsque Hazel se retrouve face à lui, c’est un choc. Elle se retrouve complètement troublée par cet homme. Il est bien différent de ceux à qui elle a affaire d’habitude. Il a seulement 34 ans et est très séduisant. Hazel compte bien découvrir ce qui l’a poussé à s’en prendre à ces femmes alors qu’il semblait mener une vie plutôt stable. Il avait tout pour réussir.

Le problème c’est qu’à force de passer tant de temps avec lui, Hazel perd toute rationnalité. Il l’attire plus qu’aucun autre homme peu importe les actes qu’il a commis. Et elle a envie de croire qu’elle peut le changer. C’est plus fort qu’elle malgré le danger qui rode. Avec lui, pour la première fois de sa vie, elle se sent comprise. Il lui apprend à découvrir qui elle est vraiment. Il est constamment dans sa tête. Elle va même jusqu’à rêver de lui. Elle est incapable de lutter contre cette attraction même-si elle sait que c’est mal et qu’il ne pourra rien lui offrir. Alors jusqu’où l’amènera cette attirance ? Hazel pourrait bien être la dernière victime de l’Etrangleur.

Pour ne rien vous cacher, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire. Le début était vraiment long. Et l’histoire est particulièrement complexe. J’ai failli abandonner ce livre. Mais encore une fois, j’avais envie de connaitre la fin de cette histoire, de voir où l’autre allait nous amener. Et puis malgré les longueurs et l’aspect un peu trop répétitif de l’histoire, voir tout ce qu’il se passe derrière une enquête policière était intéressant. Je crois tout de même que le côté thriller a pris trop le dessus sur la romance. Ce qui m’a aussi dérangé, c’est le côté triangle amoureux. Je n’aime pas vraiment ce genre de romance. Et là, le résumé ne le laissait pas du tout présager.

J’ai eu aussi beaucoup de mal avec les personnages. Hazel est une femme vraiment spéciale. Je n’avais encore jamais « croiser » de personnage comme elle. Je n’ai pas du tout réussi à la cerner. Elle a eu une enfance équilibrée mais mène une vie hors du commun. C’est une femme solitaire et indépendante qui se cherche encore. La « voir » entrer dans la tête de ces criminels était très éprouvant. Par contre, j’ai détesté la voir jouer sur les deux tableaux. A chaque chapitre, elle change d’avis sur l’homme qu’elle aime vraiment. C’était énervant. Et à cause de cela, l’histoire tournait vraiment en rond.

Chris, l’Etrangleur, est un homme magnétique et imprévisible qui a une véritable aversion pour les femmes. Lui aussi est totalement différent des personnages que j’ai pu « croiser » jusqu’à maintenant et il était assez perturbant. Il est tout ce que Hazel devrait haïr et fuir. Mais à force de fréquenter des criminels chaque jour, la frontière entre le bien et le mal chez Hazel devient fragile. Elle a cette noirceur en elle. Et derrière l’Etrangleur, elle arrive à voir Chris, l’être humain. J’avoue que j’ai eu du mal à comprendre cette attirance. Mais c’est vrai que l’amour ne s’explique pas vraiment.

Certaines scènes sont vraiment glauques et m’ont glacé le sang. Certains actes de criminels étaient vraiment terrifiants. Et le pire, c’est que ce ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Certains meurtriers n’en ont pas du tout l’apparence. J’admire le travail que fait Hazel et tous ces enquêteurs. Leur vocation demande beaucoup d’implication et de sacrifices. Je sais que pour moi cotoyer tous ces être cruels est inimaginable mais il en faut. Cette dark romance ne ressemble à aucune autre que j’ai pu lire jusqu’à maintenant et est vraiment trop déroutante pour moi. Libre à vous faire votre propre avis !

Note : 2/5

 

Elsa

2 commentaires sur “Tu es mon obscurité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s