Chroniques·Non classé

Adopted love – tome 1

Auteure : Alexia Gaïa

Editions : Hugo Roman

 

Résumé :

Hanté par son passé, sera-t-elle son avenir ?

Orphelin, Teagan erre depuis son plus jeune âge de foyers en familles d’accueil. Bad boy écorché par la vie, la justice le rattrape à l’aube de ses 18 ans. La sentence ? Un an de conditionnelle durant lequel il devra se tenir à carreau s’il ne veut pas finir en prison.  Il ne lui reste qu’une chance de se remettre dans le droit chemin et c’est dans une ultime famille d’accueil qu’elle va se jouer. Mais la rencontre avec Elena, la fille aînée de la famille risque de compliquer les choses.

 

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur un livre qui me fait de l’œil depuis un moment. J’étais contente de le trouver en avant-première au Festival new romance. J’avais hâte de découvrir Teagan.

Teagan est orphelin. Sa vie a commencé dans un orphelinat avant qu’il connaisse les familles d’accueil vivant dans des maisons plus insalubres les unes que les autres. Très tôt il a découvert le vrai visage de l’être humain affrontant des choses terribles alors qu’il était seulement haut comme trois pommes. Aujourd’hui, il en est encore très traumatisé. Il en fait des cauchemars chaque nuit. Plus aucune de ses nuits n’est paisible.

« Moi, je reste là, sur ce banc, avec ma vue trouble et tout un tas de sentiments que je ne connais pas qui essaient de sortir de moi. Mais je garde tout à l’intérieur. C’est comme ça qu’on m’a appris : ne rien dire, se la fermer, encaisser. »

Teagan a grandi dans le Queens, là où la violence ou toutes sortes de trafic trainent. A cause de toutes ses conneries, il se retrouve maintenant au pied du mur. Un faux pas de plus et il se retrouvera derrière les barreaux, un endroit qu’il ne pourrait pas supporter. Il a un an pour faire ses preuves et prouver que sous son insolence, se cache quelqu’un de bien. Et pour cela, il va intégrer une nouvelle famille d’accueil, bien différente des précédentes. Il débarque à Staten Island dans une famille aisée. Pour lui, il sera difficile de passer inaperçu dans ce quartier avec ses tatouages et ses jeans déchirés.

« Je ne sais pas comment gérer. Si j’avais eu une putain de famille, peut-être qu’elle m’aurait appris quoi faire plutôt que de me barrer et de me servir de mes poings. Mais putain de merde ! Qu’est-ce que j’ai fait de travers pour mériter cette vie ? C’est comme si, dès le départ, j’étais destiné à être une merde, un moins que rien, que dalle. Né sur un trottoir et fait pour y vivre, je n’ai pas de nom, pas de racines et pas de famille. Et ça me bouffe. »

Teagan est plein de haine. Il a beaucoup de mal à se contenir. Il en veut à la terre entière. Il n’a plus envie de se battre après tout ce qu’il a déjà vécu du haut de ses 16 ans. Il en a perdu sa voix. La seule vraie constance dans sa vie, c’est Solis, son assistante sociale qui le traite quasiment comme son fils. Elle fait tout pour lui. Mais Teagan a du mal avec l’amour, le fait qu’on puisse préoccuper de lui. Il ne supporte pas qu’on le touche. Il compte bien éviter sa nouvelle famille. Il ne veut plus s’attacher à personne par peur d’être encore déçu.

« Je me maudis d’en être arrivé là. ça me fout les nerfs de me dire qu’elle compte autant que Solis ou Benito pour moi, alors que je la connais à peine. Je me suis juré que je ne m’ouvrirais plus jamais aux personnes temporaires dans mon entourage. Et c’est ce qu’elle est : la fille d’une famille d’accueil temporaire. Comme d’habitude, tout s’arrêtera du jour au lendemain. »

Ce qu’il ignorait, c’est qu’il allait avoir une adversaire de taille, Elena, la fille ainée. Elle aussi s’est murée dans le silence pour une raison qu’on ignore. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même depuis quelques mois. La seule fois où elle ouvre la bouche, c’est pour rabaisser Teagan et lui dire les mots qui le hantent le plus. Entre eux, c’est très électrique. Mais ils n’auront pas d’autres choix que de cohabiter. D’autant que leurs chambres communiquent directement par la salle de bain.

« Il s’est excusé de m’avoir embrassée, les yeux dans les yeux. Je crois qu’il ne se rend pas compte de ce que dégage son regard… et quand il vient de se lever, c’est encore plus marquant. J’aime bien le voir à ce moment-là. Sa force d’esprit me surprend. J’ai l’impression qu’il accepte son sort comme il vient mais qu’il ne peut pas se résoudre à être docile pour autant. Il a l’air de marcher sur un fil, qui oscille en permanence entre maîtrise de soi et perte de contrôle. J’aime que ça tangue comme ça en lui. »

Teagan est une bombe à retardement. Arrivera-t-il à rompre avec son passé ? Elena va repousser ses limites une à une. On va découvrir que sous ce gros dur, se cache une âme sensible même s’il a toujours du mal à dire ce qu’il ressent et à se dire qu’ils méritent toute cette attention. Il manque terriblement de repères et d’amour. Il va se montrer très protecteur avec Elena et tout faire pour comprendre le mal qui la ronge et l’aider à vaincre ce mal. Mais elle pourrait aussi lui faire commettre le pire… D’autant qu’il est sous surveillance.

« Pourquoi je suis toujours obligé d’en arriver à exploser pour que ce que je ressens sorte ? Pourquoi ça doit être aussi douloureux et me déchirer les entrailles à m’en couper le souffle ? ça a l’air si simple chez les autres. Chez moi, c’est une torture. Elena fait tomber mes barrières comme un château de cartes. »

J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette première partie de l’histoire si intense. Teagan m’a beaucoup touché. Il a plein d’amour à donner malgré qu’il s’en prive. Il m’a brisé le cœur. J’ai beaucoup aimé la façon dont son passé nous est raconté. C’est les moments qui m’ont particulièrement fait mal. Et j’ai adoré avoir le ressenti d’Elena d’une façon plutôt originale. Son personnage entretien bien le mystère et nous pousse à tourner les pages une à une sans nous arrêter. J’avais tellement envie de la comprendre.

« Avec elle, quand je pense tout contrôler, le lapin que je suis se retrouve toujours coincé entre les griffes du félin : je suis prêt à lui donner ce qu’elle demande et à prendre le peu  qu’elle me donnera. »

Les personnages secondaires apportent beaucoup à l’histoire aussi. Notamment le père d’Elena. Il essaye de créer un vrai lien avec Teagan. Il le soutient beaucoup. La plume de l’auteure est vraiment très addictive. J’approuve totalement l’idée de nous donner uniquement le point de vue masculin. Ça change ! J’aime souvent plus les livres racontés de ce point de vue en plus. J’ai trouvé l’histoire assez inédite. J’ai hâte de lire le second tome. Cette fin est juste atroce. J’avais les larmes aux yeux. Je vous recommande vraiment ce livre.

Note : 5/5

 

Elsa

 

5 commentaires sur “Adopted love – tome 1

  1. Je l’ai fini cette nuit j’ai adoré aussi, Teagan m’a vraiment touché son envie d’être aimé est poignante! Et quelle fin!! J’ai eu le coeur serré de ne pas pouvoir savoir la suite je compte les jours avant la sortie ebook du 2ieme tome!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s