Chroniques·Non classé

Tous nos jours parfaits

Auteure : Jennifer Niven

Editions : Gallimard

 

Résumé :

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie.
Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité.
Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Avis :

Hello !

On se retrouve pour un nouvel avis sur un livre sorti il y a un moment dont j’ai entendu que du bien sur bookstagram et du coup j’ai eu envie de sauter le pas aussi. Avec le peu de nouveauté en été, c’est aussi l’occasion de rattraper son retard.

Violet vivait une vie tranquille. C’était la pom pom girl populaire qui sort avec le beau mec du lycée jusqu’à ce qu’un événement vienne bouleverser sa vie : la mort brutale de sa sœur. Depuis, sa vie s’est arrêtée. Elle n’a plus du tous les mêmes envies. Elle a abandonné son rôle de pom pom girl. Elle se rend compte que ses amis n’en sont pas vraiment. C’est le désordre dans sa tête encore 9 mois plus tard. Sa passion pour l’écriture a disparu. Plus rien n’a d’importance pour elle.

« Tu es toutes les couleurs en une, à leur maximum d’éclat. »

Finch est instable. Il se bat sans arrêt. Il risque l’exclusion définitive du lycée. Il est très différent des autres. Et vous savez comme la différence dérange. Chaque jour, il se fait traiter de « fêlé ». Personne ne fait attention à ce qu’il ressent vraiment.

« Crétin. Bon à rien. Voilà les mots que j’ai entendus toute ma vie. Les mots que je fuis en courant, parce que si je les laisse me rattraper, ils vont enfler, me remplir tout entier, et tout ce qu’il restera en moi ce sera crétin, bon à rien, crétin, bon à rien, crétin, bon à rien, fêlé. Et je ne peux rien faire d’autre que courir, courir de plus en plus vite en me répétant d’autres mots : Cette fois, ce sera différent. Cette fois, je vais rester éveillé. »

Leur relation commence en haut du clocher de leur lycée, à 20 mètres au-dessus du sol, prêts à sauter. Et se poursuit en cours où ils doivent faire un devoir en commun, les poussant à passer du temps en ensemble. Une relation va naître. Chacun essayant de ramener l’autre à la vie. Ils vont apprendre à se connaitre et s’aimer. Mais Finch est imprévisible. Un jour, il est là. Le suivant, il a disparu. C’est pour comprendre ce qui se cachait vraiment derrière ce comportement que j’ai continué ma lecture.

« J’ai appris qu’il y avait du bon dans ce monde, si on prend la peine de bien chercher. J’ai appris que tous les êtres humains ne sont pas forcément décevants, moi y compris, et j’ai appris qu’un tas de terre de trois centre quatre-vingt-sept mètres peut sembler plus haut qu’un clocher quand on s’y perche avec la bonne personne. »

J’ai passé un bon moment malgré un début plutôt long j’ai trouvé. Et quelques longueurs par moments. Je pense qu’il a sans doute été un peu trop jeunesse pour moi. C’est en tout cas un livre bouleversant qui m’a fait lâché pas mal de larmes. J’ai eu du mal à lire les dernières pages tellement j’étais dans tous mes états.

« Ne remets pas à demain ce que tu peux faire le jour-même. Toi, plus que tout autre, tu devrais savoir qu’il faut profiter de l’instant présent. »

Il aborde un sujet sensible comme vous le savez : le suicide. Mais pas seulement. Il parle d’une maladie si peu connue mais troublante. C’est le genre de roman qui fait réfléchir à travers une jolie histoire d’amour. L’écriture de l’auteure est tout en poésie. Pensez à lire sa note à la fin du livre. Vous comprendrez ce qui l’a poussé à écrire cette histoire. Je vous le recommande.

« Tu me rends heureux bien à l’abri de ton sourire radieux. Tu me rends plus beau quand mon nez me semble un peu trop gros. Tu me rends spécial et Dieu sait que j’ai cherché à être ce garçon idéal. Tu me rends fou amoureux de toi. La plus belle chose qui soit arrivée à mon cœur, c’est de battre pour toi… Tu me rends joli et c’est si joli d’être joli pour celle que j’aime… »

Note : 3.5/5

Elsa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s