Chroniques·Non classé

Stepbrother on campus

Stepbrother

 

Auteure : Wendy Roy

Editions : Butterfly

 

Résumé :

Hazel n’a de place pour personne dans sa vie. Prise entre un passé chaotique et un avenir incertain, elle s’échine à repousser tout le monde. Jusqu’à lui. Braxton. Son demi-frère. Il lui tient tête, refuse de reculer, se place toujours sur son chemin. Entre eux, rien n’est possible. Pourtant, l’attraction est explosive ! Céder n’est pas envisageable… Mais n’a jamais été aussi tentant !

 

Service presse

 

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur la nouvelle romance de Wendy Roy. Et cette fois, elle nous propose un stepbrother. En tant que fan, je ne pouvais pas passer à côté de cette histoire. En plus j’aime beaucoup la plume de l’auteure. Je remercie les éditions butterfly pour l’envoi de ce roman.

 

« Mon oxygène, c’est elle. Je me dépouillerai de la moindre particule d’air pour la lui donner s’il le faut. »

 

« Il y a tellement de fils à démêler chez elle que l’on s’y emmêle soi-même. »

 

Hazel a 18 ans et vit à Kansas City avec sa mère, le compagnon de celle-ci et son fils depuis trois mois. Son existence n’a jamais été simple. Elle n’a aucune attache et n’en veut pas. Hazel rejette le moindre contact et est toujours sur le qui-vive. C’est bien trop dangereux pour les autres de les laisser l’approcher. Hazel va entrer en première année d’études de littérature à Kansas University.

 

« On a tous des failles. Le truc, c’est de savoir ce qu’on en fait : on les laisse nous engloutir ou on se bat ? Hazel se bat. Je ne sais pas contre quoi, mais cela m’importe peu. Ce qui compte réellement, c’est qu’elle peut bien grogner et m’envoyer chier tant que ça lui fait du bien. Je ne suis pas un homme à prendre ombrage d’une remarque. »

 

Braxton a 20 ans. Il est passionné de musique et joue de nombreux instruments. Avec ses amis, ils forment un groupe et se produisent lors des fêtes de l’université. Braxton est bien entouré et va entrer en troisième année d’études de musicothérapie à Kansas University aussi. Il plait aux filles et enchaine les conquêtes sans aucune envie d’aller plus loin avec une fille. Braxton vit comme il l’entend, peu importe l’avis des autres et profite de chaque jour comme si c’était le dernier.

 

« Parce que s’autoriser à voir une personne, c’est créer des morceaux d’attachement, un accès à soi, un début de lien. Tout ce que je ne peux pas avoir. Tout ce dont je m’oblige à fuir. »

 

« À chaque fois que ses yeux rencontrent les miens, j’ai l’impression d’être en apnée. C’est fort, intense et brut, dépourvu d’artifices. »

 

La rencontre entre Hazel et Braxton sera fracassante. Alors que leurs parents sont ensemble depuis cinq ans maintenant, Hazel a toujours refusé de rencontrer le compagnon de son père et son fils jusqu’à ce qu’ils soient obligés de vivre ensemble. Hazel ne veut pas s’intégrer dans cette famille et tisser de liens avec qui que ce soit. Quand Braxton va rentrer de vacances en pleine nuit, Hazel va le prendre pour un intrus et manquer de l’agresser. Hazel va toute suite piquer la curiosité de Braxton. Elle est loin de la fille capricieuse qu’il s’était imaginé. Sa rage l’intrigue. Braxton meurt d’envie de savoir ce que cette fille pas comme les autres cache.

 

« J’ai l’impression qu’il me manque, une nouvelle fois, un lien, un maillon pour raccrocher ces deux morceaux, pour comprendre qui elle est, pour la saisir dans son entièreté. »

 

« Je crois que, comme une panthère, il faut l’apprivoiser. Doucement, sûrement et sans brusquerie si l’on ne veut pas recevoir un coup de griffe. »

 

« Braxton se fout que je l’envoie sur les roses. Il rit, se moque, rétorque, me cherche, s’oppose parfois, et n’en fait qu’à sa tête ! »

 

Hazel va toute suite mettre les choses aux claires avec Braxton. Tous deux doivent faire leur vie chacun de leur côté, même s’ils sont obligés de partager le même étage. Mais Braxton en a décidé autrement. Il la cherche et ne cesse de s’immiscer dans sa bulle. Le ton mordant d’Hazel et le fait qu’elle l’envoie chier ne le rebute pas du tout. Au contraire. Sa répartie lui plait. Et en même temps, Braxton sent que quelque chose effraie Hazel, qu’elle cache de nombreuses failles qu’il découvrira coûte que coûte. Jamais il ne renoncera. Braxton agace Hazel à vouloir la comprendre et l’aider.

 

« En moi, c’est un bordel sans fin. Un chaos qui fait rage et qui fouette mes veines. Un condensé électrique qui me rend d’autant plus sensible au monde qui m’entoure, mais que je m’interdis en créant une bulle d’hostilité. Plus j’aurais de liens, plus forts seront les dégâts. »

 

« Chaque instant est aussi fragile que marquant avec elle. Oui, j’en veux davantage. Et c’est bizarre d’en prendre conscience. »

 

Personne ne doit savoir les secrets qu’elle dissimule depuis des années. Braxton complique tout. Encore plus quand l’attirance vient s’ajouter à la partie. Hazel obsède Braxton. Et il est déterminé à l’avoir. Braxton vit pour lui avant tout, laisse parler ses envies et ne se prend pas la tête. Pour lui, leur relation n’a rien d’immoral. Mais pour Hazel, il est hors de question de détruire le bonheur de sa mère. Et en même temps, elle est bien trop nocive pour tous ceux qui l’approchent. Le danger rôde autour d’elle. Aucun avenir n’est possible entre eux. Alors Hazel doit se tenir éloigner de Braxton et lutter contre ce désir puissant. Mais en vivant sous le même toit et en fréquentant la même université, c’est impossible… Alors Braxton réussira-t-il à faire tomber les barrières d’Hazel ? Comment réagira-t-il en apprenant qui est vraiment Hazel ?

 

« Il n’y a que deux sortes de collisions : les fusions qui créent un nouvel élément ou les chocs qui éclatent et dégomment tout sur leur passage. Elle et moi ne pouvons pas fusionner. Alors, que peut-il sortir de bon de cette rencontre entre nous ? »

 

« Je compte bien gratter la surface, petit à petit, pour atteindre son âme, celle qui semble pouvoir me comprendre mieux que n’importe quelle fille jusqu’à présent. »

 

J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire touchante, mystérieuse et pleine de tensions. Avec ce titre, on peut s’attendre à une romance stepbrother comme on a l’habitude d’en lire. Alors que l’amour interdit n’est pas au centre de le ce roman. Il y a une autre intrigue bien plus sombre, profonde et originale. J’ai été agréablement surprise par ce point et aimé la tournure de cette histoire qui change des autres romances du genre. Le prologue nous plonge d’emblée dans l’intrigue et a toute suite titillé ma curiosité. J’avais tellement envie de savoir ce qui avait conduit les personnages ici. Et le suspense est à son comble jusqu’au bout. C’était un plaisir de retrouver la plume si addictive de l’auteure.

 

« Je n’ai jamais été embrassé de cette façon, avec cette urgence et cette patience mêlées, avec cette douceur et cette dureté à la fois. Sa manière de goûter ma bouche… C’est elle. A cent pour cent. Un paradoxe, une addiction. »

 

« Ça a beau être douloureux, c’est la plus belle chose que j’ai ressentie de toute ma vie. Braxton me rend ma jeunesse, ma féminité, mes envies, tout ce qui m’échappe depuis tant d’années. »

 

Les personnages sont attachants et bien construits. Hazel est une femme combative, sauvage, abîmée, butée et complexe. J’ai adoré son caractère bien trempé. Elle ne se laisse vraiment pas faire et a en même temps une certaine fragilité. Son passé si sombre l’emprisonne. Et sa détresse est vraiment touchante. La psychologie de ce personnage est vraiment bien travaillée. C’est l’héroïne badass par excellence. Braxton sera la lumière dans ses ténèbres. Il va l’apaiser et la pousser à lâcher prise. Braxton est un homme franc, déterminé, fonceur, protecteur et taquin. Lui aussi a ses blessures que je vous laisserai découvrir.

 

« Plonger dans ses iris, c’est comme être au cœur d’une jungle. Le frisson et l’adrénaline qui nous gagnent parce que l’on ne sait jamais ce qui va se produire, mais on sait que tout peut devenir dangereux et extrême d’une seconde à l’autre. C’est puissant ce qu’elle dégage. C’est risqué de s’y confronter. Et pourtant, j’en veux plus. »

 

« On vit quelque chose, un truc que je n’avais jamais connu et que je n’arrive pas encore à définir avec exactitude. C’est intense, obsessionnel, ça me fait du bien et ça me bouffe de l’intérieur tout à la fois. »

 

Entre Hazel et Braxton, c’est aussi électrique que tendre. J’ai aimé les voir se confronter et le rythme avec lequel ils s’ouvrent l’un à l’autre au fil des pages. J’ai également bien aimé les personnages secondaires, surtout la bande d’amis de Braxton. D’ailleurs je ne serai pas contre au moins un spin-off sur Kaï. Entre secrets, manipulation, provocations, passion dévorante et danger, cette romance est pleine de rebondissements. J’aurais juste aimé quelques pages supplémentaires sur la fin. Mais je vous recommande tout de même grandement ce roman.

 

« C’est comme si nous étions reliés par un fichu élastique : je tire dans le sens opposé, je m’éloigne, nous contraints… et je sais, qu’à un moment ou un autre, ma résistance lâchera. Le retour sera brutal, rapide, fracassant. Le désir s’emparera de nouveau de nous dans toutes sa forme brute et primitive. »

 

« Il est l’autre moitié de mon être. Il possède mon corps, complète mon âme, détient mon cœur. Il est la lumière que je ne suis pas. C’est peut-être ça, des âmes sœurs. Deux personnes diamétralement opposés qui forment un tout ensemble. Comme le yin et le yang. »

 

Note : 4,5/5

 

Je vous laisse avec quelques autres citations que je tenais à vous partager aussi.

 

« Je joue avec la mort qui chuchote à mon oreille et je jouerai jusqu’à ce qu’elle m’emporte pour de vrai. »

 

« Hazel s’est creusée une place particulière. C’est la première qui m’obsède, la première qui m’intrigue, la première que je veux ardemment. La première qui me résiste aussi, m’envoie chier, reste elle-même en toutes circonstances sans chercher à se faire aimer ou à me séduire. Et ça me plaît. Tout en me faisant flipper. »

 

« Je préfère mille coupures que de renoncer à ces moments éphémères. Ouais, j’aime cette douleur qui me fait du bien. Ce bonheur qui me fait souffrir. »

 

« La musique m’est devenue si essentielle, si indispensable, que je ne me vois pas exister sans elle. Est-ce qu’Hazel est destinée à suivre le même chemin pour moi ? Ça serait inconscient. Dangereux. Une nouvelle possible blessure que je n’arriverai peut-être pas, cette fois, à refermer. Pourtant, malgré tout, je suis incapable de renoncer, de me détourner d’elle, de ce courant entre nous. »

 

« Parce qu’il m’éclaire et me voit autrement, d’une façon dont je suis incapable de me percevoir. J’aime qu’il arrive à voir en moi ce qui semble absent. »

 

Elsa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s