Chroniques·Non classé

For now – fucking love tome 7

Fucking love tome 7

Auteure : Amélie C. Astier

Autoédition

Résumé :

Kaleb Turner est un acteur polyvalent du label porno arty. Fraîchement solo, le jeune pompier se voit offrir une belle opportunité dans son boulot : tourner des films dans une catégorie inédite avec un acteur fraîchement recruté : Sawyer Leighton. Sawyer possède plusieurs casquettes : professeur à l’université, acteur, star de YouTube et militant qui se bat pour l’égalité et la tolérance depuis des années pour défendre les droits LGBTQ+. Leur amitié naissante les amène à créer une émission de podcasts qui aborde divers sujets d’actualités. Entre eux, l’alchimie est parfaite. Et les deux hommes sont d’accord sur un point : hors de question de dépasser les limites. Ils doivent rester amis. Mais suite à un événement grave, les règles risquent de changer. Quand toutes les cartes sont redistribuées, quelle définition se donner ?

Service presse

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur le tome suivant d’une de mes sagas préférées. Je l’attendais avec impatience depuis pas loin d’un an. J’ai hâte de retrouver les personnages et d’en découvrir un nouveau. Et je suis curieuse de savoir ce que nous a concocté Amélie pour ce tome. Je la remercie pour l’envoi.

« Je pourrais tomber amoureux de toi tellement tu coches toutes les cases. »

« On a tous la chance d’être différents, il est peut-être temps qu’on en fasse une force plutôt qu’un défaut ou quelque chose de mauvais. »

Kaleb a la trentaine et vit à Los Angeles en colocation avec Crow, un de ses amis, depuis quelques temps. Il est à la fois pompier et acteur de film porno chez Fucking. Son double job n’est pas un secret. Kaleb adore pouvoir jongler d’un boulot à l’autre. Kaleb est bisexuel et l’assume complètement. Il se fiche des étiquettes et des cases. En tant qu’homme de couleur, Kaleb a subi divers discriminations. Il n’a pas pour but de trouver l’amour. Au contraire, celui-ci aime son indépendance.

« Noir, bi, adopté, il y a tant de cases dans lesquelles on a tenté de me fourrer, histoire de me rappeler que je n’étais pas comme « tout le monde » aux yeux de certaines personnes. C’était des conneries : nous sommes tous égaux. »

« Il n’y a rien de pire que la haine envers l’amour. »

Sawyer a 32 ans, a grandi et vit encore à Londres. Lui aussi a plusieurs casquettes : celle de professeur à l’université, d’acteur porno, youtubeur mais aussi militant pour la cause LGBTQ+. Sa vie est bien remplie. Et Sawyer adore chacune de ses activités. C’est un vrai passionné par tout ce qu’il entreprend. Même-si son travail d’acteur de film X est un secret, celui-ci est très important pour Sawyer. Il lui a permis de s’accepter. Sawyer est transgenre et homosexuel. Il a souffert durant de nombreuses années de ne pas être né dans le bon corps, surtout à l’adolescence. Sawyer s’est forgé une carapace pour se protéger.

« L’apparence ou un mot sur des papiers ne définissent pas les gens que nous sommes. Je te vois comme tu es. Tu… me plais ainsi. »

« J’aime tout de toi, Sawyer, chaque parcelle, chaque centimètre, et ça me rend fou. »

« Pourquoi c’est si compliqué d’aimer ? Où est le mode d’emploi ? Comment font les autres ? »

Après les évènements des tomes précédents avec entre autres les divers départs et la formation des différents couples, le label Fucking est en plein changements. Un nouveau casting vient d’être mené avec toujours le même objectif : la diversité. C’est là que Sawyer va être recruté. Et avant qu’il soit acteur tournant, comme Kaleb, Scarlett, la boss de Fucking, tient à ce qu’il ait un partenaire pendant quelques mois : Kaleb. Celui-ci va toute suite accepter. Kaleb ne refuse jamais une nouvelle expérience. La différence de Sawyer n’en est pas une à ses yeux.

« L’alchimie des corps est un mystère que je n’arrive pas à percer. Personne ne sait expliquer pourquoi, il suffit d’un regard, d’un frôlement pour nous propulser dans une autre dimension où nos sens sont en alerte, où notre souffle s’emballe et où toutes les connexions semblent se faire. C’est comme si nos corps et nos âmes se trouvaient et étaient destinés à se croiser. »

« Ça fait longtemps qu’embrasser quelqu’un ne m’avait pas fait autant de bien. »

Sawyer va immédiatement attiser la curiosité de Kaleb et le séduire. Le feeling va toute suite passer et la glace va vite être brisé entre eux. Tous deux vont prendre le temps de faire connaissance. Après sa mésaventure avec son ancienne partenaire Tate qui est partie, Kaleb tient à nouer une véritable amitié et une relation de confiance avec son nouveau partenaire. Il ne veut surtout pas reproduire les mêmes erreurs. Sawyer est ravi de ce nouveau départ. D’autant qu’il va rapidement s’intégrer dans la famille des Fucking.

« J’aime cette brûlure, celle provoquée par la passion de deux êtres qui se désirent si fort que c’en devient douloureux de ne pas obtenir plus. Plus de baisers, plus de caresses, plus de l’autre tant qu’il ne s’éloigne pas. »

« C’est triste de succomber si vite à l’attirance, mais c’est exaltant de savoir qu’il y a quelqu’un dans ce pays qui nous enflamme en un seul geste. »

Entre Kaleb et Sawyer, l’attraction sera immédiate. Mais le deal est clair, hors de question de mêler les sentiments à leur partenariat. Et si au départ, tous deux seront sur la même longueur d’onde, tout va se compliquer au fil des semaines. Kaleb et Sawyer ne cessent de flirter avec les limites. Leur relation sera de plus en plus flou. Et un grave évènement va un peu plus les chambouler. Kaleb et Sawyer vont jouer avec le feu. Le rêve américain de Sawyer pourrait vite tourner au cauchemar. Que se passera-t-il quand leur partenariat sera terminé et qu’ils devront tourner avec d’autres acteurs ?

« Il y a ce petit truc entre nous, cette alchimie dangereuse où toutes les définitions se mélangent. Je crois qu’on aime flirter entre la vérité, la réalité et l’illusion. »

« Je me demande quand il est devenu plus qu’un partenaire et ami et quand on se rend compte exactement que les sentiments se transforment. »

« Je ne sais pas quoi faire pour le retenir alors qu’il m’échappe. J’ai l’impression que tout autour de moi s’accélère sans possibilité de stopper le train. »

J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire touchante, révoltante mais aussi pleine d’humour. Ce tome est plus léger que les précédents et moins dans l’univers du porno. Il nous offre une certaine accalmie après les deux derniers tomes si éprouvants, nous permet d’un peu souffler et nous met du baume au cœur. Mais ce roman évoque tout de même des sujets forts, avec toujours beaucoup de délicatesse, comme ceux de l’homophobie, du racisme et des discriminations dans leur globalité. A chaque tome, je ressors plus grande grâce à la diversité des sujets traités tout au long de cette saga. Amélie s’est bien renseignée et m’a appris plein de choses sur la transidentité et sur la cause LGBT+ en général, notamment sur le manque de droits. Il reste encore tant de batailles à mener. Mais l’espoir est là. La plume de l’auteure est toujours aussi addictive.

« Je veux que tu sois mon mec, mon amant, mon partenaire, mon collègue, mon bonus. Je veux un truc dingue et unique avec toi, parce qu’on est uniques. Nos différences nous rendent forts. Et je suis prêt à révolutionner l’univers à tes côtés. Je t’aime. »

« Kaleb Turner, je suis tombé amoureux de toi quelque part entre San Francisco et Los Angeles. Entre deux fous rires et trois sourires, à un moment donné quand on a commencé à se rapprocher, que j’ai surpris tes regards, et que je me suis surpris à t’observer. J’ai compris que je t’aimais quand tourner avec toi n’a plus suffi, quand je voulais que nos huis clos dans ton appartement ne se terminent jamais. »

Les personnages sont attachants. Kaleb est un homme bienveillant, généreux, spontané, sûr de lui et à l’écoute. Il sera juste merveilleux avec Sawyer du début à la fin. J’ai tellement aimé son ouverture d’esprit et son grand coeur. Sawyer est un homme charismatique, franc, courageux et intelligent. Il m’a surpris à plusieurs reprises. J’ai adoré son répondant et son autodérision. Son côté vulnérable m’a aussi touché. J’admire vraiment cet homme pour sa capacité à ne jamais baisser les bras peu importe l’adversité. Il se bat pour tellement de causes. Entre Kaleb et Sawyer, c’est naturel et si intense. Leur alchimie est incroyable. Ils ont fait battre mon coeur, m’ont donné le sourire et m’ont même émue. J’ai aimé leur petit jeu de séduction et le fait qu’il n’y ait vraiment aucun tabou entre eux. Il faut dire que tous deux cumulent les différences. Je suis tombée sous le charme de leur couple si parfait.

« Sawyer me fait ressentir des émotions que je n’ai jamais éprouvées pour quelqu’un. Mon coeur bat plus vite, l’impatience me gagne, je le désire fort et avec ardeur, j’aime passer du temps avec lui, j’apprécie sa voix, son regard et son humour, notre complicité et chaque moment qu’on partage. »

« J’ai attendu des années avant de tomber amoureux, et je ne le regrette pas. Parce que je préfère tomber amoureux une seule fois d’un homme unique comme Sawyer, plutôt que milles fois de pâles copies de lui. »

« Tomber amoureux de toi était le seul scénario que je ne pensais pas réaliser. Mais j’aime cet imprévu. »

Retrouver cet univers et cette bande d’amis si géniale et soudée était un véritable plaisir, même-si j’avoue que pour certains personnages, ça avait un goût de trop peu. Mais je crois que je n’en aurai jamais assez en fait. Je n’ai jamais envie de quitter cet univers. A chaque fin de tome, je quitte tous les personnages avec un pincement au cœur, et encore plus quand je vois la fin de la saga approcher. Entre non-dits, dérapages, traumatisme, passion et provocations, j’ai passé un merveilleux moment de lecture. Et j’ai déjà hâte de lire le tome suivant. L’épilogue a éveillé ma curiosité. Je vous recommande grandement ce roman vibrant, authentique et éducatif qui vous ouvrira encore un peu plus l’esprit et vous sensibilisera sur de nombreux sujets. Un bel appel à la tolérance !

« Entre nous, c’est simple, pas besoin de grandes choses, c’est dans toutes nos petites ressemblances qu’on a su se trouver. C’est aussi ça, la normalité des sentiments. On n’est pas obligés de traverser milles épreuves, des centaines de combats et une tonne de souffrances pour découvrir l’évidence : on peut tomber amoureux lentement, mais sûrement, s’en rendre compte, mais ne pas être encore capable de le dire à voix haute ou de le reconnaître sincèrement. On préfère jouer sur les mots pour les nuancer, parce que l’amour effraie. »

« Mon côté rationnel aimerait trouver une explication au séisme qu’il a déclenché en moi, mais mon cœur me chuchote qu’en amour, il n’y a pas besoin de justification. On aime simplement, et deux âmes libres ne se posent pas de questions. Elles aiment quelqu’un pour ce qu’il est, avec ses différences, ses qualités, ses défauts, ses peurs et ses doutes, ses passions et sa personnalité. »

Note : 4,5/5


Elsa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s