Chroniques·Non classé

Be my last dance

Auteure : Avril Rose

Editions : Harlequin

Résumé :

Léonor n’a pas le choix. Elle a promis à sa mère qu’elle suivrait une thérapie de groupe, même si elle ne comprend toujours pas comment parler à des inconnus pourrait l’aider à surmonter le drame qu’elle a vécu. Et, pour faire de cette obligation un vrai calvaire, elle doit en plus le supporter, lui : Harvey. Ce jeune homme au regard envoûtant qui ne peut pas s’empêcher de la déstabiliser chaque fois qu’ils se voient. Pourtant, lorsqu’ils sont mis en binôme le temps d’un exercice pratique, Léonor découvre qu’il est peut-être plus sensible qu’il ne le laisse paraître, et que lui non plus n’a aucune envie d’être là. Alors qu’ils n’auraient jamais dû se rencontrer, ces réunions pourraient bien les rapprocher…

Service presse

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur le nouveau roman d’Avril Rose. J’avais beaucoup aimé ses trois autres romans. Je ne pouvais pas passer à côté de ce roman, surtout avec un tel résumé. Je remercie les éditions harlequin et netgalley pour l’envoi de ce roman.

Léonor a 21 ans et vit à Paris pour ses études d’architecture. Mais elle a grandi près de Grenoble dans une famille unie. Léonor menait une vie tranquille. Mais il y a quelque temps, elle a vécu un drame. Depuis, elle a du mal à se relever. La douleur ne s’estompe pas. Sa mère lui a imposé de participer à un groupe de soutien. Léonor n’en a aucun envie mais elle n’a pas le choix si elle veut un minimum rassurer ses proches.

Harvey a 28 ans et est danseur professionnel. Enfin c’était le cas il y a encore quelques mois. Mais aujourd’hui, Harvey est en fauteuil roulant. Toute sa vie et ses rêves sont remis en question. Un nouveau quotidien s’impose à lui. Ne plus danser est très difficile à accepter. Cette passion l’anime depuis son plus jeune âge. Harvey a bien du mal à savoir ce qu’il pourrait faire d’autre de sa vie. Il déteste être si diminué, vulnérable, impuissant et en veut à la terre entière. Harvey ne voit pas comment il pourrait continuer d’exister dans ces conditions. Ses parents lui ont aussi imposé de participer à ce groupe de soutien.

« Harvey est entré dans ma vie, bousculant mon monde, me fascinant de sa détermination, de sa singularité et de sa beauté, faisant naître un doux espoir en moi, celui que je pourrais peut-être aspirer au bonheur malgré mes blessures passées, que je pourrais regagner un peu d’insouciance. Sauf que ça n’a jamais été simple avec Harvey. »

Léonor va donc se rendre à ce groupe de soutien sans entrain chaque mercredi. Elle compte simplement faire acte de présence et ne surtout pas parler de son histoire à ces inconnus de tout âge. Léonor ne voit pas ce que ce groupe pourrait lui apporter. Elle va être bien accueillie par tout le monde sauf par Harvey, qui lui va se montrer très agressif. Entre eux, c’est électrique dès le départ. La condition d’Harvey va toute suite intriguée Léonor. Elle a du mal à comprendre pourquoi il la déteste autant sans même la connaitre. Tous deux vont se pousser à bout l’un et l’autre et frapper là où ça fait mal. Leurs débuts seront chaotiques.

« Cette nana est un ouragan à elle toute seule. Je parie qu’elle n’a aucune idée de ce qu’elle a provoqué depuis qu’elle a débarqué sans ma vie. »

Un travail en équipe va les obliger à se rendre service l’un à l’autre, à passer pas mal de temps ensemble et à se découvrir vraiment. Ils vont entrer dans l’intimité l’un de l’autre. La souffrance de Harvey va toucher et inquiéter Léonor. Tout comme le comportement des autres vis-à-vis de celui-ci. Une complicité va naitre entre eux. Ils s’attirent. Mais Harvey va très vite redevenir distant et détestable. Celui-ci a un tas de problèmes à régler et surtout un combat qu’il tient à mener jusqu’au bout. L’amour n’est pas sa priorité. L’attitude changeante d’Harvey déboussole complètement Léonore. Il chamboule son équilibre déjà précaire.

« Je me souviens que, à la suite d’une blague très douteuse, elle a ri pendant cinq bonnes minutes, et moi je l’ai regardée, d’abord décontenancé avant de la contempler, mémorisant les traits de son visage et les fossettes qui apparaissent lorsqu’elle sourit. Je me suis senti heureux à ce instant, apaisé même. C’était comme si elle m’accordait une pause dans mon habituelle souffrance. »

Tous deux vont se faire souffrir et sont sur une pente dangereuse. Léonore réussira-t-elle à ne pas sombrer dans son propre passé, sa propre douleur ? Harvey réussira-t-il à accepter sa nouvelle vie, à faire le deuil de son passé ? Réussiront-ils à construire quelque chose ensemble malgré les obstacles ? Le chemin de leur reconstruction sera long.

« Ce mec est un ouragan. Quoi qu’il fasse, dès qu’il est dans ma vie, il balaye tout sur son passage. Je lui en veux d’avoir détruit en une fraction de seconde le mur que j’avais mis des mois à rebâtir. »

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture touchante, enrichissante et pleine de piquant. Cette histoire est vraiment dingue. L’intrigue est originale. Jusqu’au bout l’auteure m’a fait douter quand à l’issue de cette romance. J’avais du mal à démêler le vrai du faux. Et je dois dire qu’elle m’a bien eue. J’en ai versé quelques larmes. J’ai été surprise plus d’une fois. Et le retournement de situation finale était vraiment bien trouvée. Ce que j’ai aussi beaucoup apprécié dans cette romance, c’est son réalisme. L’histoire se passe sur une longue durée : 2 ans. Et vu le passé des personnages, il n’aurait pu en être autrement.

« Je t’aime, Léo. Depuis le premier jour. Toutes ces fois où je t’ai blessée, je t’aimais. »

L’auteure évoque des sujets forts. Elle nous montre la réalité du monde des handicapés et à quel point notre monde ne leur est encore pas assez adapté. C’était un plaisir de retrouver sa plume toujours aussi prenante. L’histoire nous est presqu’uniquement raconté sous le point de vue de Léonore. Mais ça ne m’a pas dérangé. Au contraire, cela éveillé un peu plus ma curiosité sur le personnage d’Harvey. Ces deux personnages sont vraiment attachants.

« Ça a toujours été toi, Harvey. Et je peux te dire que deux ans, c’est long… »

Léonor est courageuse et naturelle. Elle ne manque pas de répondant et de répartie. J’ai beaucoup aimé son caractère bien trempé et son autodérision. Léonor va faire voler en éclats toutes les certitudes d’Harvey. Harvey est un homme impulsif, torturé, persévérant, attentif et si seul. Son combat est admirable. Cet homme m’a vraiment surprise. Entre ces deux écorchés vifs, c’est intense et tendre. Rien n’est gagné entre eux. Leur histoire sera vraiment compliquée puisqu’ils vont se rencontrer au pire moment de leur existence. Ces deux personnages nous rappellent plus que jamais à quel point la vie peut basculer à tout instant.

« J’ai appris énormément de choses grâce à Harvey. Il m’a offert le champ infini des possibles. Le pardon, la reconstruction, l’avenir, l’amour. »

Entre non-dits, trahison, affrontements, provocations et désillusion, cette histoire est pleine de rebondissements et d’émotions. Tout au long de ma lecture, j’ai été partagée entre joie, tristesse, colère, peur et soulagement. J’ai aussi été touchée par l’histoire de chacun des membres du groupe de soutien. Je vous recommande grandement cette histoire touchante, surprenante et originale.

« Je t’aime, Harvey, je ne pensais pas que j’étais capable d’éprouver un sentiment aussi fort, aussi intense, aussi vrai. Je ne veux plus qu’on se quitte. Jamais. »

Note : 4,5/5


Elsa

2 commentaires sur “Be my last dance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s