Chroniques·Non classé

Pray for me

Auteure : Marie HJ

Autoédité

 

Résumé :

Jude est membre de la fervente communauté religieuse de Littlewood, un petit village perdu dans la forêt. Saul, lui, vient de Boston, est issu de parents divorcés et ne connait que la liberté. Malgré leurs différences, le miracle se produit. Les deux enfants se découvrent complémentaires et liés par une étrange alchimie. Au fil des années qui passent, leurs liens se resserrent et se transforment. Arrivés à l’âge adulte, ils ne parlent plus d’amitié, mais d’amour… Et sans se poser de questions, ils se laissent glisser dans les sentiments les plus beaux et purs qu’ils n’ont jamais éprouvés… Tout aurait pu se passer sans heurts ni troubles. Mais au cœur de LittleWood, il existe des règles. Des devoirs et des interdits… Une religion, un chef charismatique, des adeptes… Et beaucoup trop de certitudes. Dont une en particulier : L’homosexualité est une abomination. Une maladie qu’il faut à tout prix combattre.

Service presse

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur le nouveau roman de Marie, une auteure que j’aime vraiment beaucoup. J’avais hâte de lire cette romance M/M qui s’annonce forte en émotions. Je remercie Marie pour l’envoi de ce roman.

« J’aime qu’il m’aime et j’adore qu’il me le montre… Nous ne sommes pas uniquement deux corps cherchant l’absolution dans le péché. Nous sommes deux cœurs, deux âmes, deux hommes qui cherchent à atteindre l’éternité… Rien de mal ou de machiavélique là-dedans. Nous ne sommes qu’amour. »

Jude a grandi à Littlewood avec ses parents qui sont assez strictes. Lorsqu’il avait 8 ans, il a perdu sa petite soeur de seulement 3 mois. La religion a aidé ses parents à surmonter cette perte. Lui-même est devenu croyant. Il passe tous ses dimanches à l’Eglise. Cela ne l’a jamais dérangé d’appartenir à cette communauté jusqu’à ce qu’il fasse une certaine rencontre lorsqu’il avait 12 ans.

« Parce que je pense que dès la première fois, ton sourire m’a ensorcelé ? Parce que tu es ma pépite, mon petit bonheur, le premier vrai rayon de soleil qui s’est posé sur moi alors que je désespérais de trouver ma place loin de mon ancienne vie. »

Saul a grandi à Boston avec ses parents jusqu’à ses 13 ans. C’est un citadin dans l’âme. Mais ses parents ont divorcé. Sa mère a obtenu sa garde. Et celle-ci a décidé de déménager à Littlewood avec son nouveau compagnon. Elle a trouvé un bar à reprendre non loin de là. Saul est loin d’être enchanté d’atterrir dans ce village où la religion est si forte. Saul est non croyant et n’a pas du tout la même allure que les gens de cet endroit. Tout ce qu’il souhaite c’est retourner à Boston, vivre avec son père. Cette ville n’est pas faite pour lui.

« J’ai pu me poser des questions pendant plusieurs années, mais à présent, c’est une évidence, lui et moi, nous n’existons qu’ensemble. Qu’importe le reste. En quoi cela changera-t-il le monde ? Deux poussières enlacées au milieu de l’univers, lovées dans une particule de bonheur, cachées dans la pénombre. Le ciel a plus important à juger. »

Saul va venir vivre juste à côté de chez Jude. Si les parents de Jude voient d’un mauvais oeil l’arrivée de cette famille bien différente de la leur, lui est très heureux d’accueillir un enfant de son âge, peu importe qu’il ne soit pas croyant. Jude est ouvert d’esprit, contrairement à ses camarades de classe qui eux aussi ont tendance à le juger. Si Saul vit ce déménagement comme un enfer, Jude va lui faire complètement changer d’avis. Une solide amitié va naitre entre eux. Ils vont passer beaucoup de temps ensemble. Et au fil des années, des sentiments plus forts vont faire leur apparition.

« Vivre avec la moitié d’un cœur. C’est un calvaire. C’est à peine survivre. C’est tenter de respirer sous l’eau. De marcher avec les jambes attachées. Chaque minute est douloureuse. Chaque pensée un pieu dans le cœur. Chaque souvenir une petite mort. »

Si Saul assume complètement son homosexualité, pour Jude les choses sont plus compliquées. Il est complètement perdu face à ce qu’il ressent. Il est très attaché à sa religion qui ne voit pas d’un bon oeil les relations homosexuelles. C’est le pilier de sa vie. Tout le monde tente de salir leur relation. La religion les sépare. Leurs avis divergent. Réussiront-ils à être ensemble malgré tout ce qui les oppose ? Beaucoup d’épreuves difficiles les attendent. Ils vont vivre le pire. Sauront-ils se relever ensemble ?

« Je reste perplexe. Je ne ressens pas mon amour pour Saul comme une maladie. Et au fond de moi, l’idée me tord le cœur. Ai-je envie de guérir de l’épidémie très ciblée Saul ? Franchement ? Pour le moment, ma raison me dit que c’est nécessaire, mais mon cœur, lui, a envie d’étrangler la raison, de la réduire au silence et de hurler qu’il est impensable d’imaginer, ne serait-ce qu’un instant, oublier celui que j’aime. »

Cette histoire m’a détruite et révoltée. Elle est si poignante, dure et terrifiante en même temps. Mes larmes ont coulé. Je ne m’attendais pas à vivre tant de moments durs en lisant cette histoire. C’est horrible de vouloir soigner quelqu’un sous prétexte qu’il soit homosexuel. Et ce qui est encore plus révulsant, ce sont les méthodes barbares utilisées pour le faire. Dans ce roman, Marie ne nous épargne rien. J’ai eu vraiment mal pour les personnages. Aujourd’hui, on devrait avoir le droit d’aimer qui on veut, d’être qui on veut sans risquer d’être jugé voire même rejeté parce qu’on est différent. Ce manque de tolérance ne devrait plus exister. La plume de l’auteure est toujours aussi addictive.

« Je sens au fond de lui son amour, mais ce dernier côtoie de beaucoup trop près une révulsion pour tout ce qui me concerne qu’il n’arrive même pas à cacher. Il veut, mais j’ai l’impression de le rendre malade, au premier sens du terme. Je ne sais plus quoi faire. Pourtant, il faut que je trouve. Il me manque terriblement. »

Les personnages sont tellement attachants. Jude est celui qui m’a fait le plus de mal. J’ai eu tellement envie de le prendre dans mes bras, de le rassurer. C’est un homme bon, fort, généreux, gentil, bienveillant, doux et sensible. Il a un grand coeur et tellement foi en l’être humain. Cet homme est prêt à se renier lui-même pour ne pas blesser sa famille. Il ne cessera jamais de se remettre en question er de culpabiliser pour ce qu’il se ressent. Alors qu’au fond, le problème, ce n’est pas lui. Sa détresse m’a bouleversée. Il porte un poids si lourd sur ses épaules. C’était difficile de le voir autant déchiré, brisé et torturé.

« Quand tu souris, Jude, ce ne sont pas tes lèvres qui l’expriment. Ce sont tes yeux. J’aime quand tes yeux sont heureux… Ils sont ce que j’ai de plus précieux dans la vie… Tes yeux, les étoiles qui les parsèment, et les sourires qu’ils m’envoient… »

Saul est un homme protecteur, adorable, respectueux, patient, déterminé, attentionné et aimant. Il a un caractère de feu et ne se prend pas la tête. Il a l’habitude de laisser libre court à ses pulsions. Il a la chance d’avoir des parents géniaux, très ouverts d’esprit. Il est prêt à tout pour le bonheur de Jude, même à mettre le sien de côté. Cet amour le détruit autant qu’il le rend heureux. Mais il ne cessera jamais de se battre pour eux et pour ramener Jude à la vie quand il le faudra. Leur histoire d’amour est aussi belle que douloureuse. Grâce à Saul, Jude va pouvoir enfin être lui-même sans barrière, se laisser aller. Saul sera la bouffée d’oxygène qui lui manque tant.

« Rien n’est plus fort que sa peau contre la mienne. Que nos cœurs qui palpitent l’un pour l’autre. Que son souffle épuisé à mon oreille. Il surpasse les fantasmes, la réalité, le rêve et les utopies. Jude. Ma pépite. Mon absolu… Celui que j’aurais attendu toute ma vie s’il l’avait fallu. »

Leur relation est si tendre et naturelle. C’est comme une évidence. Leur complicité est si belle. Ils ne se sont qu’amour. Et aucun amour ne devrait être puni tant qu’il est partagé. Entre trahison, secret, humiliation, malentendus, culpabilité, préjugés, peurs et questionnements, cette histoire va vous faire passer par tout un tas d’émotions. Je quitte ces personnages avec un gros pincement au coeur. J’en aurais voulu encore et encore. En écrivant cette chronique, même des jours après puisque j’ai eu du mal à l’écrire, je ressens encore toutes les émotions. Je vous recommande grandement cette histoire d’amour bouleversante et sincère qui ne pourra pas vous laisser de marbre.

« Ce que je dois être, c’est en lui que je le trouverai toujours. Ses yeux sont ma lumière, ses lèvres ma bible et son corps ma terre sacrée. Il est ma foi, mon dieu, ma religion. Il est celui qui m’a anéanti pour mieux me ressusciter. »

Note : 5/5

 

Elsa

 

Et voici, pour finir, quelques citations supplémentaires que je ne voulais vraiment pas sacrifier. Ce livre est vraiment rempli de belles citations. J’espère que ça vous donnera encore plus envie de découvrir cette histoire.

« L’embrasser jusqu’à ce que nos lèvres s’embrasent. C’est tout ce qui m’importe. L’enlacer avant qu’il ne s’évapore, le toucher pour toujours. L’aimer à me perdre moi-même. »

« Si la vie pouvait être aussi simple qu’une chanson, j’en écrirais une pour lui et moi. Quelque chose d’éternel et de joyeux. De sensuel et d’infini. Quelque chose à lui, à moi. Avec un piano pour seul instrument. »

« Il m’a sauvé, mais il a été présent à chaque moment aussi. Son visage a accompagné toutes mes souffrances, sans exception… Il est mon meilleur, il est mon pire… »

« Tu as le droit de ne pas être ce que l’on attend de toi. Tu as le droit d’emprunter tes propres chemins. Tu as le droit d’aimer qui tu veux. Sauf les animaux. Tu as tout simplement le droit d’exister. Et ceux qui t’aiment de la bonne façon s’en réjouiront. »

« Je préfère avoir le cœur en souffrance que de ne plus en avoir du tout. »

« Tu es ce roi, Saul. Tu es venu par hasard dans ma ville, et sans que l’on sache trop comment, tu me sauves tout le temps. D’une façon bien à toi et souvent singulière, certes, mais je ne peux que t’aimer pour ce que tu es et ce que tu as accompli. Tu es le roi de ma terre. Tu as été là. Tout le temps. »

« Je veux ramper sous ta peau pour ressentir la douleur à ta place. Je veux être en toi, t’aimer, te soulager, arracher de ta mémoire tout ce qu’ils t’ont fait. »

 

4 commentaires sur “Pray for me

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s