Chroniques

54 minutes


Auteure : Marieke Nijkamp

Editions : Hachette 

 

Résumé :

10  h  08 – KEVIN 

Mec, il se passe quoi ? Réponds-moi  ! 

10  h  09 – SYLVIA 

Tyler est revenu. 

 10  h  11 – MATT. 

Claire j’ai trop peur. Il tire sur les gens. Qu’est-ce que je fais  ? CLAIRE DÉCROCHE S’IL TE PLAÎT  ! 

10  h  27 – AUTUMN 

Ça ne peut pas être vrai. Ça ne peut pas être Ty. Ça ne peut pas être mon frère. 

10  h  30 – TYLER 

Aujourd’hui vous m’appartenez tous.  Aujourd’hui vous allez m’écouter.

 

Avis :

Hello !

On se retrouve aujourd’hui pour une lecture différente de mes lectures habituelles. Je remercie Netgalley et les éditions Hachette Roman pour ce service presse.

« Je n’ai pas d’amis à part Sylv, pas de famille si ce n’est un frère qui a cessé d’être là pour moi et un père qui me méprise. Seule la danse me maintient en vie. Elle va me libérer. Et je ne peux rien laisser se mettre en travers de mon chemin. »

Dans ce livre, on suit plusieurs lycéens qui ont tous un lien avec le tireur, Tyler. Autumn, sa sœur. Claire, son ex. Sylvia, la copine d’Autumn. Tomas, le frère de Sylvia. Ils sont chacun à un endroit du lycée.  Nous sommes le jour de la rentrée du deuxième semestre au lycée Opportunity dans l’Alabama. Un lycée dans une ville habituellement tranquille. A l’heure où tous se posent des questions sur leur avenir, se racontent leurs vacances, ils ignorent qu’en seulement quelques minutes, leur vie va changer. Plus rien ne sera comme avant. 

« Il y a tant de choses que je dois démêler. Qui j’étais ou qui je suis. Mais mon cœur est à elle. Et si elle veut de moi, c’est le mieux que je puisse lui donner. Nous n’avons peut-être pas l’éternité. Mais il nous reste encore demain. »

Tomas est à l’administration avec son ami Fareed quand il entend le premier coup de feu. Claire est en train de courir pour s’entraîner pour le championnat d’Etat avec Chris, son meilleur ami. Sylvia et Autumn sont dans l’auditorium, là où le tireur s’est retranché. Pour Claire dehors, le plus dur sera de rester à attendre sans ne rien pouvoir faire. L’impuissance sera insupportable. Tout comme pour tous ces parents qui attendront de savoir sur quel liste est le nom de leur enfant. 

« Chaque fois que nous voyons des survivants, il y a une lueur d’espoir. Peut-être que nos amis, peut-être que ceux que nous aimons arrivent également. Si nous nous prenons les mains, nous pouvons former un filet de sécurité pour ceux qui errent encore et sont perdus. »

Tout le monde pensait Tyler inoffensif. C’était un bon élève. Ils se pensaient tous en sécurité au lycée où règne normalement les rires et la vie. Personne n’aurait pu prévoir ce qui allait arriver ce Lundi à 10h. Tyler va abattre tous ceux qui s’approcheront trop et tous ceux à qui il a quelque chose à reprocher. L’auditorium ressemblera désormais à une scène d’horreur avec des dizaines de corps étendus au sol gisant dans des marres de sang. 

« Ce qu’ils ont oublié de nous dire c’est que partir en courant et sauver sa peau est noble uniquement si vous n’abandonnez personne. Si je me trouvais dans l’auditorium, j’aimerais que quelqu’un vienne pour moi, j’aimerais qu’il y ait de l’espoir. »

Ils tenteront tous d’être courageux. De s’aider les uns des autres pour s’en sortir. L’instinct de survie primera. Tomas ne pourra pas s’échapper du lycée sans avoir tenté de secourir sa sœur. Autumn se sentira plus coupable que jamais, en tant que sœur de Tyler. Elle se mettra plus en danger que jamais pour tenter de sauver un maximum de personne. Elle ne sortira pas du lycée sans Sylvia. Elle a besoin d’elle. Tyler était la seule vraie famille qui lui restait. Désormais, celui en face d’elle est comme un étranger. 

« Quoi qu’il arrive, je veux qu’elle le sache. Je veux qu’elle sache que je l’ai aimée, que je l’aime, et j’aurais aimé le lui avoir rabâché des milliers de fois. »

Pendant 54 minutes, tous ces lycéens vont vivre une terreur sans nom. Dans la panique, ils se rendront aussi compte de tout ce qu’ils auraient aimé dire qu’ils ne diront peut-être jamais. Tous finiront brisés. Ils seront peut-être vivant mais ils auront forcément perdu quelque chose ou quelqu’un. Et les images seront toujours dans leurs têtes. Le bilan est lourd : 39 morts et 25 blessés, parmi eux, des sœurs, des frères, des amis. Ils ne pourront jamais oublier cette heure. Ils ne seront plus jamais les mêmes. C’est tous leurs choix de vie qui vont être compromis. Malgré tout, leur vie devra continuer.

« Si elle meurt, je ne pourrais plus lui dire que c’est elle qui me maintient debout. Que ses lèvres ont le goût d’une promesse. Qu’elle me donne envie d’être meilleure. »

Le récit est entrecoupé de souvenirs de chacun des personnages qui nous feront les connaitre vraiment. Je me suis directement attachée à eux. Et j’ai eu peur tout au long de l’histoire pour eux. Je voulais qu’ils s’en sortent. Tout comme j’aurais aimé que tous s’en sortent, même ceux qu’on ne connaissait pas. Ou juste de nom. Malheureusement, un livre comme celui-ci ne pouvait pas bien finir. Mon cœur s’est brisé à la fin. Et les larmes ont coulé. J’ai eu tellement mal pour eux tous. Pour tout ce qu’ils ont perdu. 

« Dis à mama que j’ai eu une sœur fantastique. Dis-lui que j’ai eu les amis les plus géniaux. Dis-lui que j’ai demandé à la plus jolie fille de l’école de sortir avec moi aujourd’hui et qu’elle n’a même pas dit non. Dis-lui que j’ai été heureux, et ne la laisse pas m’oublier. »

J’ai beaucoup aimé la relation entre Autumn et Sylvia. Elles m’ont beaucoup touché. Leur relation apporte une richesse en plus à l’histoire et apporte un peu de douceur dans cette histoire. De l’amour naîtra de cette horreur. Pas seulement entre elles. Et ça réchauffé mon petit cœur en miette. 

« Je tiendrais la main de Sylv le plus longtemps possible. Ensemble, nous pouvons reconstruire nos rêves. Sylv se penche et m’embrasse les cheveux. Je m’avance vers elle et mes lèvres rencontrent les siennes. En un baiser, je tente de lui dire tout ce que je n’ai pas dit. Que je suis désolée, tellement désolée. »

Entre soulagement et tristesse, je ne savais plus quoi ressentir à la fin de cette histoire si intense. Jusqu’à la dernière minute, j’ai eu peur. C’était un livre très éprouvant. En vous écrivant cette chronique, j’ai la gorge de nouveau serrée. Le plus terrible c’est de se dire que c’est tellement possible dans le monde d’aujourd’hui. J’ai lu ce livre en seulement quelques heures. 

« Il n’y aucun moyen d’exprimer la façon dont un cœur peut exploser et se briser en même temps, dont le soleil peut se frayer un chemin dans l’obscurité mais projeter des ombres partout. Il n’y a que des doigts qui se mêlent, des bras qui se lient par solidarité. A chaque annonce, quelqu’un craque et un autre le soutient. »

L’histoire se déroule uniquement sur 54 minutes mais pourtant, ces minutes semblent interminables. Je n’ai pas pu le lâcher avant la fin. Je ne pouvais pas les quitter sans savoir qui seraient les survivants et qui seraient les victimes. Ce livre était tellement captivant. J’ai eu des frissons dès les premières pages. L’écriture de l’auteure est si percutante. J’ai adoré la construction du livre. Les multiples point de vue et les chapitres qui s’étendent sur 2 minutes à peu près sont vraiment intéressant et nous plonge complètement dans l’histoire. J’ai eu l’impression d’être moi aussi dans le lycée.

« Elle semble si jeune. Trop jeune pour mourir. Comme nous tous, elle est censée avoir un avenir. Elle est censée travailler dur et profiter du lycée. Faire des erreurs, se faire des amis. Faire des bêtises, faire l’amour. Au lieu de ça, elle est réduite à un exemple, un statistique. Et je sais que l’auditorium est sans doute suffisamment grand pour accueillir un millier d’élèves, mais trop petit pour en cacher un seul… »

Il fera parti de ces livres que je n’oublierais sans doute jamais. Je n’en ressors pas indemne mais je ne regretterais jamais de l’avoir lu. Il montre la véritable facette du monde. On ne connait jamais personne vraiment. Même les personnes qu’on soupçonnait le moins sont capables du pire. Cette histoire était certainement la plus bouleversante que je n’ai jamais lues. Je vous la recommande. 

« Nous nous souvenons des trente-neuf ce soir. Nous nous souviendrais d’eux demain. Nous nous souviendrons d’eux pour tous nos lendemains. Et il y aura bien des lendemains; il y en aura des milliers. Faisons en sorte qu’ils soient bons. Nous sommes Opportunity et nous n’aurons pas peur. Nous sommes Opportunity et nous vivrons. »

Note : 5/5

 

Elsa

 

 

Un commentaire sur “54 minutes

  1. J’ai tellement aimé ce livre. Au début de ma lecture, j’ai eu un peu de mal avec le nombre de personnage mais après une centaine de page, j’ai été prise dans l’histoire et je ne pouvais plus décrocher. J’ai versé quelques larmes aussi à la fin tant c’était fort. 54 minutes est un livre qui marque c’est clair!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s