Chroniques·Non classé

Vrai beau gosse, parfait bad boy

vrai

Auteure : Anna Wendell

Editions : Addictives

Résumé :

Silvia ne vit que pour ses chevaux et le show équestre et mécanique dont elle est une des stars. Les mecs ne l’intéressent pas vraiment. Pourtant, quand le bel Aïdan, motard aussi baraqué que torturé, arrive dans la troupe pour assurer le final rugissant du spectacle, les certitudes de la jeune femme sont sur le point de vaciller. Ils s’observent, ils s’affrontent, ils s’attirent. Et si, pour la première fois, un homme intéresse Silvia, il est plus indomptable que le plus sauvage de ses pur-sang. Elle qui a gagné la confiance des chevaux les plus farouches pourra-t-elle apprivoiser le cœur du fier Aïdan ? Est-elle seulement prête à affronter les fantômes qui hantent le bad boy latino, décidément plus à l’aise avec sa moto qu’avec les êtres humains ?

Service presse

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur la nouvelle romance d’Anna Wendell, le second tome de sa saga faux/vrai. J’avais adoré « Faux frère, vrai connard ». Du coup je ne pouvais que lire celui-ci. Sachez que chaque tome peut se lire indépendamment. Je remercie Orlane des éditions addictives pour l’envoi de ce roman.

« Les cœurs abîmés sont les plus sublimes, les plus merveilleux à aimer »

« J’ai 18 ans, et je comprends que ce sentiment « d’amour » qu’on imagine beau signifie en réalité détruire l’autre. J’ai 18 ans et je me jure de ne plus jamais me laisser entraîner dans ce genre d’émotions. »

Aïdan a 26 ans et vit à Londres depuis quatre ans. Mais il a grandi en Espagne, près de Barcelone, dans une famille aimante. Aïdan menait une vie tranquille jusqu’à ce que sa vie bascule lorsqu’il a rencontré son premier amour. Cet amour a fini par le détruire. Aïdan s’est perdu en chemin. Depuis, la colère bout dans ses entrailles. Il a du mal à contrôler sa violence. Ça lui a coûté plusieurs séjours en prison. Aïdan est accro à l’adrénaline. Il a monté le groupe Crazy Bikers avec ses frères. A chaque démonstration, ils risquent leur vie.

« Ils sont si loin de la vérité, et le jour où ça explosera, plus rien ne sera comme avant quand ils comprendront à quel point ils me connaissent mal. Aussi sûr que le soleil se lève à l’est, ils me détesteront, notre groupe volera en éclats. C’est ainsi, je m’y prépare. »

« Taquiner la mort est depuis une éternité mon passe-temps favori. »

Silvia a 26 ans et est Belge. Mais elle vit en Bourgogne depuis seize ans, entourée de ses parents aimants et de ses chevaux qu’elle aime tant, avec qui elle possède un lien unique. Silvia est issue d’une longue lignée d’hommes et de femmes de chevaux. Elle sillonne les scènes de nombreux pays depuis son plus jeune âge. Silvia ne recherche pas l’amour. Sa vie lui convient très bien actuellement. Elle croque la vie à pleine dents et se concentre sur sa carrière.

« C’est évident, dérangeant, inédit… je pourrais me noyer dans ces lacs cristallins où seules des ombres ondoient. Ce qu’il provoque en moi, je ne le comprends pas et ça commence à m’inquiéter. »

« Ce mec pourrait sortir tout droit d’un magazine ou d’un film. Non seulement il affiche une beauté à couper le souffle, mais il possède aussi ce truc en plus qui le rend magnétique, impressionnant. À part. »

Après le succès de la troupe Utopia à Alès l’été dernier, c’est désormais à Bercy que le spectacle va se produire. C’est une première pour Silvia qui ne donne que de rares prestations en France. Elle est excitée. Son rêve devient réalité. C’est une opportunité incroyable pour elle. Silvia est surtout pressée de retrouver tous les utopiens, notamment les Crazy Bikers avec qui elle avait sympathisé à Alès. Mais ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est qu’un troisième Ribera serait présent cette fois. Aïdan était dans l’impossibilité d’être présent lors du premier show. Il va toute suite intriguer et troubler Silvia.

« Tout en lui m’intrigue, m’aimante et en vérité… je ne compte pas résister à ce puissant attrait physique qui m’enflamme. Physique mais pas seulement. »

« Aïdan dissimule sous sa carapace une âme qui appelle la mienne. Je le sais, le sens, le perçois à travers chacune de mes cellules. Il peut être aussi maussade ou désagréable qu’il le souhaite, je me fais la promesse de ne plus mal prendre ses réactions. »

Aïdan va se faire remarquer dès son arrivée en bloquant la circulation autour de l’Arena. C’est Silvia qui va lui sauver la mise. Celle-ci meurt d’envie de découvrir Aïdan. Elle sent qu’il n’est pas aussi mauvais qu’il le laisse paraître. Mais Silvia va devoir s’armer de patience. Aïdan est sur la défensive. Il n’a aucune envie de connaitre Silvia. Et encore moins de se rapprocher d’elle. Ses relations avec les femmes sont compliquées. Aïdan se tient loin d’elles depuis des années par peur de retomber dans ses travers. Il va se montrer dur avec Silvia. Sauf qu’il va être obligé de la côtoyer pour mettre au point le final du spectacle.

« Il m’attire tel un aimant, c’est indéniable, et je ne peux pas y résister, je n’en ai d’ailleurs pas envie. L’espace d’un instant, je m’autorise à fantasmer, à imaginer sa froideur devenir brasier, son regard d’acier s’adoucir avant de s’illuminer de désir. »

« Cette fille me donne la sensation dérangeante de constamment tenter de lire en moi. Pire, je crois bien que parfois elle y parvient. »

« Aïdan m’a envoutée. On me nomme la fée, mais il se pourrait bien que ce soit lui qui détienne les pleins pouvoirs. »

Alors que les Crazy Bikers sont en train de se faire une belle réputation, le comportement d’Aïdan risque de tout compromettre. Cette période de l’année est sensible pour lui. Silvia devrait se préserver et rester concentré sur le spectacle. Mais elle ne va pas pouvoir s’empêcher de lui venir en aide, allant jusqu’à mettre en danger sa carrière, en se portant garante pour lui. Sauf qu’Aïdan est dans une situation inextricable. Il a de gros problèmes à régler. Mais surtout un combat à mener. Et rien ne plaide en sa faveur. A trop s’approcher d’Aïdan, Silvia risque de se brûler les ailes… Alors Aïdan se ressaisira-t-il avant qu’il ne se soit trop tard ? Réussira-t-il à laisser son passé derrière lui ?

« Je dois le ramener à la lumière, sinon je risque de me perdre. »

« T’as jamais été personne, Aïdan, je l’ai su dès que je t’ai vu en train de rendre dingue tout le monde le jour de notre arrivée à Bercy. »

« Je me sens comme Lilith, entraînée dans un gouffre sans retour, un gouffre à l’odeur de soufre, un gouffre infernal prénommé Aïdan. »

J’ai eu un coup de cœur pour cette histoire mystérieuse, intense et émouvante. J’ai été tellement surprise. Je ne m’attendais pas à une telle intrigue. Le suspense autour d’Aïdan est maintenu pendant une bonne partie du roman. J’ai ressenti tellement d’émotions différentes : joie, tristesse, colère et soulagement. Mon cœur s’est serré plusieurs fois. Et j’ai retenu mon souffle à la fin. Ce tome est dans la lignée du précédent. Je me suis toute suite replongée dans cet univers si fascinant. Encore une fois, j’ai eu l’impression d’assister à ce show si incroyable. J’adore les sujets traités à travers cette trilogie. C’était un plaisir de retrouver la plume toujours aussi addictive de l’auteure.

« Je veux cette femme, je veux la posséder en entier, son corps, son cœur, son âme. Je veux la voir heureuse, qu’elle rayonne. Mais je veux aussi me donner sans concession, ne plus hésiter, tergiverser. Juste me jeter dans les eaux tumultueuses et imprévisibles de cette idylle naissante. »

« Avec elle, tout est si clair, évident, tout est juste enivrant, presque magique. Ma fée m’a embarqué dans son univers sans que je voie rien venir, c’est aussi grisant qu’effrayant. »

« Je crois que je suis tombé amoureux d’une fée. »

Les personnages sont attachants. Silvia est une femme passionnée, généreuse, lumineuse, entêtée et pleine d’assurance. Aïdan va la sortir de sa zone de confort. Aïdan est un homme tourmenté, borné, magnétique, renfermé et amoché. Son mal-être est profond. Il ne cesse de se flageller. La douleur le dévore.  Aïdan est aussi un homme prêt à tout pour les gens qu’il aime. J’ai aimé le mystère autour de son personnage. C’est la force de ce roman. Au fil des pages, il va affronter sa souffrance, se libérer de ses chaînes et se reconstruire. Silvia va l’apaiser et le ramener à la vie. Entre Silvia et Aïdan, c’est aussi explosif que tendre. Il y a une réelle osmose entre ces deux personnages.

« Cette femme m’apporte un réconfort aussi bien physique que mental, et pour la première fois depuis longtemps, j’abaisse mes barrières, mes ponts-levis, je défonce ce putain de bouclier en marbre et explose mes murailles. Bienvenue chez moi, Silvia. En espérant que je mais tu ne le regretteras. »

« Tes bras, tes baisers, tes caresses, ta simple présence, c’est mieux que tout ce que j’ai vécu auparavant. Aïdan… toi et moi, c’est… Puissant, inévitable. »

« Silvia sera la dernière femme de ma vie, celle que j’aimerai jusqu’à mon ultime souffle. »

Les personnages secondaires sont nombreux et apportent beaucoup à l’histoire. J’ai aimé retrouver tous les utopiens et lire la suite de leurs aventures. L’entente est toujours aussi géniale entre eux. Entre mensonges, malentendus, secret, trahison et danger, cette romance est pleine de rebondissements. Je vous recommande grandement cette histoire tumultueuse et originale. Si vous aimez les romans avec des personnages complexes, foncez lire cette trilogie. J’ai hâte de lire le dernier tome, de découvrir ce que l’auteure nous réserve cette fois. Je suis sûre qu’elle va encore une fois réussir à me surprendre.

« Est-ce que tu sens ? Est-ce que tu sens ce que tu me fais ? Est-ce que tu sens combien je suis éprise de toi, à quel point mon cœur bat pour toi ? »

« Quand ses lèvres déposent un baiser au coin des miennes, je l’enlace dans un réflexe de survie. Elle est mon oxygène à cet instant, ma bouffée d’air pur, mon indispensable. Elle l’est depuis le début de cette épopée à Bercy. Silvia m’a permis d’ouvrir les yeux. »

« J’ignore où nous mènera ce coup de foudre tumultueux, mais je suis bel et bien tombée pour Aïdan Ribera. Mon coeur lui appartient sans concession. »

Note : 5/5


Elsa

4 commentaires sur “Vrai beau gosse, parfait bad boy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s