Chroniques·Non classé

Le coloc de mon frère

le coloc

Auteure : Isla A. Rowley

Editions : Addictives

Résumé :

Néoh partage un appart avec son ami de toujours, en Italie, où ils vivent depuis cinq ans. Le soleil, la dolce vita, les rives du lac de Garde, les filles… Il mène, en apparence, une vie de rêve ! Jusqu’au jour où débarque Auréa, la sœur de son coloc. La dernière fois qu’il l’a croisée, elle avait 16 ans. La dernière fois qu’il l’a croisée… elle n’était pas aussi troublante. Très vite, Néoh comprend qu’il doit étouffer ce désir dévorant que la jeune femme attise sous sa peau. Mettre des barrières entre elle et lui s’il ne veut pas craquer devient alors une question de survie. Sauf qu’Auréa est… trop solaire, trop piquante, trop à l’aise dans ses baskets. Terriblement sexy. Et surtout bien décidée à le provoquer ! Seulement, il a de très bonnes raisons de la tenir à distance, des raisons qu’il ne lui avouerait pour rien au monde. Et que son meilleur ami, le frère d’Auréa, se chargera de lui rappeler. Entre eux, c’est impossible. La petite sœur de son meilleur ami lui est inaccessible. Interdite. Néoh en a parfaitement conscience alors… pourquoi crève-t-il tant d’envie qu’elle lui cède ? 

Service presse

Avis :

Hello !

On se retrouve pour mon avis sur la nouvelle romance d’Isla A. Rowley. Je n’ai encore jamais lu de roman solo d’elle. Je connais seulement sa plume couplée à celle d’Emily Kind sous le nom Izia Soley. J’ai d’ailleurs bien aimé leurs romans en duo. Alors j’avais bien envie de les découvrir en solo. J’adore les histoires de colocation et d’amour interdit en plus. Je remercie Orlane des éditions addictives pour l’envoi de ce roman.

« L’espoir, ça, c’est le vrai mensonge. Un putain de mirage en plein désert qui nous pousse à toujours avancer pour, finalement, juste finir par crever, épuisé, vide et seul. »

Auréa a 21 ans et a grandi à Chicago avec ses parents et son grand frère Énes, dont elle est proche. Auréa a vécu le déménagement de ce dernier en Italie comme un abandon. Cinq ans après, elle lui en veut toujours. Auréa a décidé de faire une pause dans ses études scientifique en vue de devenir vétérinaire, pour prendre une année sabbatique auprès de son frère.

« Auréa n’est pas faite pour les ombres. Elle ne devrait jamais pleurer, encore moins souffrir. Son éternelle joie de vivre est devenue quelque chose de rare, dans ce monde pourri. »

Néoh a 27 ans et a aussi grandi à Chicago. C’est le meilleur ami d’Énes. Ayant perdu ses parents tout petit, il a souvent trouvé refuge chez son meilleur ami. Aujourd’hui, Néoh fait presque partie de leur famille. Désormais, il vit à Desenzano en Italie en colocation avec Énes.  Il est interprète-traducteur.

« Je sais que… là-dessous, certaines zones sont plongées dans le noir, tout comme j’ai conscience qu’elles feront à jamais partie de toi. Je ne te demande pas de te forcer à me les ouvrir, Néoh. Seulement, je veux que tu me promettes une chose : ne fuis plus. S’il te plaît, ne me fuis plus. »

Auréa va donc s’installer dans l’appartement de son frère et Néoh. Elle est heureuse de les retrouver. Mais en cinq ans, beaucoup de choses ont changé. Auréa va vite s’en rendre compte. Néoh n’est plus du tout l’ado qu’elle a connu. Il se comporte comme un connard et n’a pas l’air ravi de la revoir. En plus, Auréa occupe la chambre juste à côté de la sienne et ne cesse d’entendre ses ébats. Ces retrouvailles la perturbent bien plus qu’elle ne l’avait imaginé. Auréa est démunie face à celui que Néoh est devenu. Elle n’arrive pas à le comprendre. Tous deux ne se connaissent plus désormais.

« Souffrir, je veux bien l’accepter, mais à condition d’avancer. Or, Néoh ne sait que stagner dans son fichu bordel intérieur. Qu’il stagne. Même nos souvenirs ne sont pas assez forts pour que je le laisse m’entraîner dans les profondeurs. Il a peut-être un certain ascendant sur mon corps, mais mon esprit et mon cœur, je suis la seule à les posséder, à avoir le pouvoir dessus. Cela dit… bordel, ça fait mal. »

Néoh ne cesse d’appeler Auréa gamine. Sauf que celle-ci est déterminée à lui prouver que ce n’en est plus une. Elle n’hésitera pas à lui tenir tête. Leur relation n’a plus rien de fraternelle aujourd’hui. L’attirance est bien trop présente entre eux. Néoh enflamme les sens autant que les nerfs d’Auréa. Il est cruel et ne ressent que la colère et de l’indifférence. Mais Auréa refuse de rendre les armes. Elle tient à tout prix à faire remonter à la surface l’ancien Néoh, à percer sa carapace. Pour cela, Auréa va le pousser dans ses retranchements. Mais Néoh n’est pas en reste. Tous deux vont se rendre coup sur coup.

« Je ne sais pas quoi faire, Auréa. Je… je ne veux pas te voir m’échapper, mais… j’ai peur de te posséder. »

« Ce mec est… plus brûlant qu’un démon de l’enfer. Ce n’est pas du chaud qu’il souffle, mais des braises. »

« Ce mec est devenu ma putain d’addiction, autant pour mes sens que… pour ce qui bat entre mes côtes, j’en ai bien peur. »

Néoh sait qu’il doit résister. Auréa lui est interdite. C’est la limite à ne pas franchir. Énes lui fait confiance. Il ne peut pas trahir celui qui est son pilier, qui l’a toujours maintenu à flot et qui l’a aidé à remonter la pente ces derniers mois. Mais Auréa ne cesse de le dérouter et de le rendre fou. Alors que Néoh refuse tout sentiment, celle-ci déclenche de violentes émotions en lui. Auréa est incapable de dissimuler ses émotions. Elle sait qu’elle devrait garder ses distances pour ne pas finir avec le coeur brisé. Mais Auréa en est incapable. Alors que se passera-t-il quand la vérité éclatera ?

« Je ne suis qu’un enfoiré. Même pas fichu d’être honnête avec l’un comme avec l’autre. Mais, putain ! On parle d’Énes, celui qui ne m’a jamais abandonné alors qu’il aurait pu, aurait dû, même. À qui je dois tellement. Mon frère. Ma famille. Et puis… de l’autre côté, il y a cette petite blonde qui commence à grignoter sa place. À se l’approprier, et je sais, quelque part, je sais que jamais elle ne me la rendra. Ouais, c’est un fait : Auréa a pris beaucoup trop de place. »

J’ai beaucoup aimé cette histoire bouleversante, surprenante et intense. Je me suis prise une claque. J’ai eu les larmes aux yeux tant les émotions sont puissantes à certains moments. L’auteure m’a retourné le cerveau. Je n’ai rien vu venir. J’ai imaginé des choses. Mais j’étais complètement à côté. Les pièces du puzzle s’imbriquent au fil des pages.  L’intrigue est originale et vraiment bien menée. Et la plume de l’auteure est captivante.

« Parce que je t’aime. Blesse-moi si tu en as tant besoin. Mais je ne partirai pas. Je te l’ai déjà dit : je suis assez forte. »

« Peut-être que tu m’as juste… drogué, toi aussi. Mais je m’en carre. Fous-moi une autre pilule sur la langue… parce que je refuse de décrocher. »

Les personnages sont attachants et bien construits. Auréa est une femme têtue, impulsive, déterminée, solaire et pleine de bonne humeur. J’ai vraiment aimé sa joie de vivre et son fort caractère. Néoh est un homme complexe, torturé, imprévisible, arrogant et inaccessible. Son mal-être est profond. Il se débat constamment contre ses démons et a un comportement borderline. Auréa va l’apaiser. Entre eux, c’est tellement fort.

« J’avais peur, au départ. Tu m’as tellement envahi que j’avais cette sensation qu’à chaque respiration, tu t’engouffrais en… moi. Mais je crois avoir compris, maintenant… Chaque fois que je respire, je me sens plus libre, et je sais… que c’est grâce à toi. »

Les personnages secondaires apportent beaucoup à l’histoire. La détresse de l’un d’entre eux m’a touché. Entre non-dits, coups bas, vengeance, provocations et culpabilité, cette romance est plein de rebondissements. Le suspense est à son comble jusqu’au bout. Ce n’est pas du tout une lecture toute légère comme on pourrait le croire. Je vous recommande grandement cette histoire douloureuse et mystérieuse. Foncez découvrir cette romance de coloc pas comme les autres ! Elle m’a donné encore plus envie de partir à la découverte de l’Italie.

« J’aime la femme que je suis à ses côtés. Parce que je suis moi. Parce que, malgré ses faiblesses, Néoh n’a jamais tenté de m’enchaîner d’une quelconque manière. Parce que, avec lui, je continue d’évoluer et de devenir la femme que j’ai toujours voulu être. Libre. Forte. Assez folle pour ne pas craindre de chuter. Capable d’aimer à s’en fendre le cœur en deux, à s’en déchirer l’âme, et… continuer d’aimer encore. »

« Ça fait un bail que je ne te vois plus comme la soeur d’Énes, piccolina, mais comme… mienne. Comme l’unique personne au monde à qui je pourrais m’enchaîner sans éprouver le moindre doute, la moindre peur. La seule à qui je peux dire ces trois mots que j’ai toujours détestés… jusqu’à toi. »

« S’il y a une chose que j’ai comprise, c’est qu’il est impossible de combler certaines fissures ou de recoller certains morceaux. Parce que le temps fait que ces morceaux se sont modifiés, les empêchant de se réassembler. »

Note : 4,5/5


Elsa

3 commentaires sur “Le coloc de mon frère

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s